Agence de Presse de l'Amérique Latine

Les actions de contrôle d’Israël contre la Palestine rejetées à L´ONU

Nations Unies, 18 juillet (Prensa Latina) Les actions du gouvernement israélien de contrôle sur les Palestiniens sont un affront à la justice et doivent cesser immédiatement, a souligné hier un expert indépendant de l’ONU.

Le rapporteur spécial sur la situation des droits de l’Homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, Michael Lynk, a affirmé que les stratégies de contrôle israéliennes sur la population palestinienne violent les principes des systèmes juridiques modernes et les législations internationales.

En outre, elles nuisent à des millions d’innocents, exacerbent les tensions et favorisent une violence accrue, a-t-il ajouté dans son rapport au Conseil des Droits de l’Homme, cité par le site d’information numérique de l’ONU.

Toutes les pratiques de Tel-Aviv qui infligent un châtiment collectif au peuple palestinien doivent cesser, a souligné le rapporteur, car seul un individu qui résulte être coupable après un procès équitable peut être puni.

Comme il l’a souligné, c’est un affront à la justice et à l’état de droit que de voir que ces méthodes de contrôle continuent d’être utilisées au XXIe siècle et que les Palestiniens sont collectivement punis.

Ces pratiques violent gravement les droits de l’Homme des Palestiniens, y compris le droit à la vie, à la liberté de mouvement, à la santé, à un logement convenable et à une vie digne, a expliqué l’expert indépendant.

Lynk a rejeté les violations systématiques des garanties fondamentales des Palestiniens par Israël et a estimé que l’ampleur de l’impact dévastateur de la politique de châtiment collectif pouvait être très clairement observée dans la bande de Gaza.

Il y a 13 ans, a-t-il rappelé, Tel-Aviv a commencé un blocus sur ce territoire qui souffre aujourd’hui d’un effondrement économique total, dont la structure est détruite et dont le système de services sociaux fonctionne à peine.

Ce siège a détruit l’économie de Gaza et causé d’immenses souffrances aux deux millions de Palestiniens qui y vivent, a-t-il observé.

Dans le même temps, a noté le rapporteur, les autorités israéliennes continuent à démolir des maisons palestiniennes, laissant dans le dénuement environ deux mille familles.

peo/npg/ifb