Agence de Presse de l'Amérique Latine

Un magistrat vénézuélien qualifie de lâches les accusations de Pompeo

Caracas, 22 juillet (Prensa Latina) Le président du Tribunal Suprême de Justice (TSJ) du Venezuela, Maikel Moreno, a qualifié de lâches et infondées les accusations portées contre lui hier par le secrétaire d’État nord-américain Mike Pompeo.

Ce mardi, sur le réseau social Twitter, le fonctionnaire étasunien a qualifié le magistrat vénézuélien d´ « ami de Maduro qui utilise sa position d’autorité pour obtenir des avantages personnels » et a souligné que le sanctionner est « un message clair » pour démontrer que Washington est « contre la corruption ».

Le président du TSJ a répondu à ces déclarations dans un communiqué officiel, soulignant qu’il continuerait de s’employer à fournir un service efficace et efficient qui garantisse l’accès à la justice et une procédure régulière aux citoyens du pays.

Il a souligné en outre que cet organe judiciaire est autonome, comme le stipule la Constitution, et qu’il n’accepte aucune tutelle d’aucun gouvernement étranger.

Moreno a rappelé que ce 'n’est pas la première fois que les porte-parole de l’empire nord-américain prétendent m’attaquer, dans leurs tentatives maladroites, désespérées, pleines de manipulations et de mensonges, par lesquelles ils cherchent à renverser les institutions démocratiques et la paix au Venezuela'.

Il a réaffirmé qu’ils ne pourront pas accomplir ce qu’ils prétendent parce que l’indépendance et la souveraineté de la patrie ne se discutent pas.

En mars dernier, les procureurs de l’État nord-américain de Floride ont accusé le fonctionnaire vénézuélien de blanchiment d’argent et d’autres crimes liés à de supposés pots-de-vin qu’il aurait reçus au Venezuela.

En mai 2017, le gouvernement des États-Unis a également sanctionné Moreno et sept autres magistrats peu de temps après que le TSJ aient inhabilité l’Assemblée Nationale (AN), contrôlée par l’opposition.

Depuis le milieu de l’année dernière, la Maison Blanche a intensifié les mesures coercitives et unilatérales contre le Venezuela dans sa tentative de renverser le président constitutionnel Nicolás Maduro.

Récemment, Washington a accusé le mandataire et d’autres hauts fonctionnaires de trafic de drogue et a offert des récompenses de plusieurs millions de dollars pour la capture ou des informations les concernant.

peo/Jha/ycv