Articles

Le gouvernement colombien reçoit l’ordre de garantir la vie d’anciens guérilleros

Bogota, 31 juillet (Prensa Latina) La Juridiction Spéciale pour la Paix (JEP) de Colombie a ordonné hier au gouvernement d’Ivan Duque de prendre des mesures pour garantir la vie et la sécurité des membres de la Force Alternative Révolutionnaire du Commun (FARC), parti politique issu de l´ancienne guérilla des FARC-EP.

Face à l’imparable vague d’assassinats de membres de ce mouvement politique, né des dialogues de paix, la JEP a ordonné au gouvernement d’Ivan Duque de protéger les ex-guérilleros qui sont aujourd’hui menacés et qui sont protégés par cette justice spéciale.

La JEP a imposé des mesures de protection collective aux ex-combattants des anciennes Forces Armées Révolutionnaires de Colombie-Armée du Peuple (FARC-EP) qui relèvent de sa juridiction.

Ces mesures ont été prises après avoir constaté la persistance de graves violations de leurs droits fondamentaux (plus de 200 anciens combattants ont été assassinées), phénomène suffisamment documenté par la Mission de vérification des Nations Unies et l’Institut Kroc.

À cet égard, le JEP a ordonné au Haut-Commissaire pour la Paix, Miguel Ceballos, au Conseiller présidentiel pour la stabilisation et la consolidation, et à l’Unité nationale de protection de mener des actions visant à assurer la sécurité et la vie des personnes réintégrées dans la société civile.

Ces mesures ont été prises après que la JEP ait évalué, lors de deux audiences, la gravité de la situation en matière de sécurité et les raisons pour lesquelles des familles d’ex-combattants avaient dû être déplacées.

Ceballos, conformément à la décision, doit entreprendre les démarches nécessaires pour la mise en œuvre effective du Programme de protection intégrale pour les membres des FARC.

peo/agp/otf