Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba : Bianchini et la photographie pandémique avec valeur testimoniale (+ Photos et Vidéo)

Par Danay Galletti

La Havane, 2 septembre (Prensa Latina) De sa fenêtre, le photographe cubain Gabriel Guerra Bianchini a capturé en images l’essence de La Havane, une ville dont les habitants ont adopté de nouvelles pratiques et comportements à la suite de la pandémie de Covid-19.

L’isolement social m’a permis de retourner à mes racines, de créer, de m’exprimer et de travailler, en quelque sorte en solitaire, basé sur des idées et des rêves en suspens. Auparavant, j´étais plus concentré sur des projets collectifs : grands festivals, des événements et disques d’artistes', a-t-il assuré Prensa Latina.

À cette première série, suivit une autre série de portraits surréalistes, conçus ensemble avec sa compagne. Puis la découverte et la révélation des rues vides. 'Ces photos ont eu un grand impact sur les réseaux sociaux et, avec d’autres prises ces derniers mois, elles constitueront une exposition future', a-t-il déclaré.

Les instantanés capturés par sa lentille ont constitué des expositions en ligne comme celle organisée par la Galerie Atelier Gorría. 'Il m’est arrivé quelque chose de curieux avec ces initiatives virtuelles. Bien qu’il soit vrai que les gens « entrent », d´une certaine manière, et admirent les œuvres, il est rare de voir les espaces vides. Les inaugurations et l’interaction me manquent', a-t-il manifesté.

Avec la maxime que la créativité contribue au divertissement et aux valeurs spirituelles, Bianchini a récemment fait son entrée dans le monde audiovisuel avec le clip vidéo Noche sin fin y mar, thème de l’auteur-compositeur Silvio Rodriguez, dédié au musicien Luis Eduardo Aute.

C’est une belle chanson et pendant quatre jours nous avons été nerveux et occupés dans la réalisation du matériel. C’était une petite équipe, nous n’avons pas pu faire de prises à l’extérieur et nous avons pris toutes les mesures sanitaires nécessaires (au milieu de la pandémie de Covid-19). Finalement, quelque chose de beau en est ressorti, a-t-il expliqué.

Avec d’autres artistes cubains et latino-américains, ses photographies feront partie d’une future exposition à la Casa de América de Madrid, en Espagne.

De même, le Musée de la Culture de Lugano, en Suisse, a sélectionné quatre de ses œuvres pour les exposer dans une galerie italienne.

'Nous, les artistes, sommes tristes et reconnaissants. D’une certaine manière, nous avons besoin de contrastes pour vivre, construire, ressentir et connaître les limites des émotions et leur donner l’importance qu’elles méritent. La photographie me maintient actif, heureux et avec des illusions', a-t-il conclu.

Vidéo disponible :

https://youtu.be/qg9dDEXBays

peo/agp/msm/dgh