Agence de Presse de l'Amérique Latine

L´ONU demande de fermer des centres de détention en Libye

Tripoli, 7 septembre (Prensa Latina) Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a demandé vendredi la fermeture de tous les centres de détention en Libye où se trouvent des réfugiés et des migrants, en raison des violations des droits de l’Homme commises sur ces sites.

'Rien ne peut justifier les conditions épouvantables dans lesquelles les réfugiés et les migrants sont détenus en Libye', a indiqué Guterres dans un rapport au Conseil de Sécurité de l’ONU.

Selon le document, plus de 2.780 personnes étaient détenues le 31 juillet dans les centres libyens, dont 22 % d’enfants.

'Je renouvelle mon appel aux autorités libyennes (...) pour qu’elles s’acquittent de leurs obligations en vertu du droit international et ferment tous les centres de détention, en étroite coordination avec les entités des Nations Unies', a ajouté le secrétaire général.

Guterres a affirmé que « les enfants ne doivent jamais être détenus, en particulier lorsqu’ils ne sont pas accompagnés ou sont séparés de leurs parents », et a demandé aux autorités libyennes de veiller à ce que les enfants soient protégés jusqu’à ce que des solutions à long terme soient trouvées.

En outre, des sources humanitaires soulignent que les conditions des lieux de détention permettent la propagation de la pandémie de Covid-19.

La Libye, lieu de passage des flux migratoires vers l´Europe, souffre une situation chaotique depuis le renversement et l’assassinat en 2011 du dirigeant Mouammar Kadhafi par les troupes de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et des alliés arabes, et se trouve actuellement confrontée à une lutte pour le pouvoir entre deux structures administratives.

Parallèlement, les trafiquants profitent de cette situation pour leur commerce, aussi illégal que dangereux.

peo/ga/mt