Agence de Presse de l'Amérique Latine

Une Cour rejette l’obstruction contre l’enquête sur le massacre d´El Mozote au Salvador

San Salvador, 13 octobre (Prensa Latina) La cour constitutionnelle d’El Salvador a rejeté hier une demande du Ministère de la Défense pour empêcher la révision de ses archives liées au massacre d’El Mozote.

La Chambre constitutionnelle de la Cour suprême de justice a déclaré irrecevable un recours de protection présenté par le ministre de la Défense, René Merino, contre le juge d’instruction de San Francisco Gotera.

Le jugement a était rendu quelques heures après que les Forces armées d’El Salvador (FAES) aient empêché pour la deuxième fois le juge Jorge Guzmán et une équipe d’experts d’accéder aux documents concernant le massacre perpétré en décembre 1981.

La plus haute juridiction du pays considère que 'le préjudice que l’acte contesté aurait causé dans le domaine juridique des Forces armées n’est pas constaté', les FAES insistant sur la confidentialité des dossiers militaires.

La résolution précise que seuls les documents de l’époque seront révisés, ce qui écarte toute entrave pour que les survivants du massacre et les familles des victimes puissent connaître la vérité.

Le 21 septembre dernier, l’état-major des FAES n’avait déjà pas respecté la décision judiciaire d’examiner les archives, et le président Nayib Bukele avait avalisé quelques jours plus tard sur la chaîne nationale l´entrave de la direction militaire.

Le bataillon Atlactl des FAES, depuis interdit, a tué plus de mille civils en décembre 1981 à El Mozote et dans les cantons voisins, lors de ce qui est considéré comme le pire massacre de l’histoire de l’hémisphère occidental.

L’abrogation en 2016 de la Loi d’amnistie adoptée à la suite de la signature des Accords de paix a conduit à une enquête pour faire la lumière sur le massacre et traduire en justice les auteurs intellectuels de ce crime contre l’humanité.

peo/mem/cmv