Agence de Presse de l'Amérique Latine

Frei Betto voit dans l’humanisation du capitalisme une naïveté

Buenos Aires, 13 octobre (Prensa Latina) Le théologien brésilien Frei Betto a affirmé hier que c’est une naïveté totale de vouloir humaniser le capitalisme et une idée contradictoire, car c’est la même chose que d’arracher les dents d’un tigre en pensant que cela mettra fin à son agressivité.

Dans une interview publiée par le quotidien Página 12, le frère dominicain a considéré que le capitalisme est intrinsèquement mauvais et que son propre mécanisme endogène est nécrophile. C’est un système qui se nourrit de celui qui travaille, de celui qui consomme, du pauvre, a-t-il exprimé.

'C’est une question arithmétique : s’il n’y a pas tant de richesse, il n’y a pas tant de pauvreté, s’il n’y a pas tant de pauvreté, il n’y a pas tant de richesse. Il est impossible d’humaniser le capitalisme, c’est une postulation très naïve et malheureusement il y a encore des gens qui croient à ce mythe', a-t-il soutenu.

Pour Betto, il ne faut pas attendre aujourd’hui la fin du capitalisme pour construire le socialisme, soutenant qu’il faut construire un socialisme dans le système capitaliste, commencer des initiatives populaires d’économie solidaire, de partage des biens, de renforcement des bases populaires.

'Nous devons dénoncer le système capitaliste, mais créer des alternatives efficaces à ce système, autant que possible à partir des bases populaires. De cette manière, je pense que nous pouvons réussir à briser ce système à long terme, mais il faut avoir de l’initiative, des pressions et des forces politiques', a-t-il signalé.

Abordant la situation actuelle que laisse aujourd’hui la pandémie de la Covid-19 dans le monde, le célèbre écrivain et journaliste a estimé que tout cela est une vengeance de la nature, pour des années de domination et de dévastation de l’être humain.

'Tout ce processus de dévastation environnementale est le fruit du profit du capital privé. Le problème n’est pas l’être humain, c’est le capitalisme néolibéral. Il faut se rappeler que la nature peut vivre sans notre présence inconfortable, mais nous nous avons besoin de la nature', a-t-il déclaré.

À cet égard, il a évoqué la situation dans son pays, qu’il a qualifiée de catastrophique, avec un gouvernement néofasciste. Le Brésil se trouve dans un incendie total, en Amazonie, et ailleurs, et le président n’a aucun intérêt à améliorer la situation ou à changer le cours de ce que nous vivons, a-t-il estimé.

Il a également exprimé le souhait que l’ancien président Luis Inacio Lula da Silva soit à nouveau candidat, car, a-t-il dit, il est notre espoir.

peo/mgt/may