Articles

L’Équateur dans le viseur des défenseurs de la démocratie

Quito, 17 octobre (Prensa Latina) Les défenseurs de la démocratie et du droit à la participation politique sont aujourd’hui attentifs au processus électoral en Équateur, marqué par des allégations d´actions destinées à empêcher l´inscription du Mouvement Révolution Citoyenne pour les prochains suffrages.

Les demandes aux principaux organes électoraux du pays de respecter la Constitution ont cette semaine étaient l´objet de plusieurs journées de protestation pacifique devant le siège du Tribunal Contentieux Électoral (TCE), en signe de rejet d’une demande visant à éliminer le binôme présidentiel Andrés Arauz-Carlos Rabascall des élections prévues pour février 2021.

Le TCE devra rendre la semaine prochaine un avis sur la question de savoir s’il convient ou non d’empêcher la participation du binôme Arauz-Rabascall aux prochaines élections présidentielles.

Durant quatre jours consécutifs, des manifestants de divers secteurs sociaux et représentant différentes provinces ont élevé la voix pour exiger que soit valider le droit à se présenter du binôme du mouvement progressiste, dirigé par l’ancien président Rafael Correa.

Bien que le Conseil national électoral (CNE) ait accepté les documents présentés lors de l’enregistrement d’Arauz et de Rabascall, un militant du parti provincial Ahora a intenté une action contre cette inscription.

Ceux qui soutiennent la Révolution citoyenne, qui sera représentée dans les urnes par le biais du parti Centre démocratique, considèrent cette requête comme faisant partie d’un complot visant à empêcher la présence du dénommé Binôme de l’Espoir lors des élections.

La demande adressée au TCE est d’agir dans le cadre du Code de la démocratie, ou Loi électorale, et de respecter le droit établi par la Constitution d’élire et d’être élu.

La situation dans ce pays a également suscité l’attention de la communauté internationale et a donné lieu à une déclaration de plus de 60 universitaires et juristes de divers pays qui demandent aux instances électorales équatoriennes de ne pas céder aux pressions et d’agir dans le cadre du droit.

Une campagne de collecte de signatures pour la défense de la Révolution citoyenne, appelée 'Non à la fraude électorale', a également débuté.

Les protestations populaires de cette semaine constituent le début d’actions qui se poursuivront en attendant la décision du tribunal électoral.

peo/tgj/scm