Articles

Le candidat du MAS critique le déploiement militaire lors des élections en Bolivie

La Paz, 18 octobre (Prensa Latina) Le candidat présidentiel pour le Mouvement Vers le Socialisme (MAS) bolivien, Luis Arce, a qualifié aujourd’hui d´excessif le déploiement militaire en vue des élections, également un sujet de préoccupation pour les observateurs étrangers.

Des observateurs étrangers se sont également déclarés préoccupés par le déploiement des forces armées, qui comprend l’utilisation de blindés et d’autres équipements militaires, et qui peut être considéré comme des menaces du gouvernement de facto.

Arce a également condamné les mesures répressives prises avant les élections, telles que l’arrestation de dirigeants de quartier de la ville d’El Alto, adjacente à La Paz, et les mauvais traitements infligés au député argentin Federico Fagioli, détenu à l’aéroport et que le Ministère de l’Intérieur a tenté d’expulser alors qu’il a été invité en tant qu’observateur.

Le candidat du MAS a également insisté sur sa critique de la décision du Tribunal électoral suprême de renoncer à l’utilisation du Système de diffusion des résultats préliminaires (Direpre, décompte rapide) et a noté que le TSE 'n’est pas propriétaire de l’élection'.

Supprimer le Direpre 'à un jour des élections nous semble peu judicieux', et pour des raisons qui ne sont pas exactement connues, peut susciter des doutes, a-t-il affirmé en considérant qu’il s’agissait d’une attitude étrange qui démontre la faiblesse institutionnelle de l´entité.

Il a fait remarquer que depuis six mois le TSE défendait la fiabilité du système et que son président, Salvador Romero, a changé d’avis du jour au lendemain déclarant qu’il ne donne pas de sécurité pour la diffusion complète des données.

peo/agp/mrs