Articles

Harcèlement d’observateurs internationaux en Bolivie

Madrid, 18 octobre (Prensa Latina) La coalition espagnole Unidas Podemos (UP) a dénoncé aujourd’hui le harcèlement de plusieurs observateurs internationaux invités aux élections générales de Bolivie par le Tribunal Suprême Electoral (TSE) de ce pays.

Dans un communiqué diffusé à Madrid, le parti Izquierda Unida (IU), membre de l’UP, a accusé le gouvernement de facto bolivien de Jeanine Áñez de persécuter depuis plusieurs jours les personnes qui vérifient la transparence de la journée électorale de ce dimanche.

Il a rappelé que la vice-présidente du Parti de la gauche européenne et dirigeante de l’IU, Maite Mola, et le responsable de la politique internationale de l’organisation, Francisco Pérez, assistaient à ces élections en qualité d’observateurs.

La mission qui se trouve à La Paz est complétée par les parlementaires nationaux Lucia Muñoz et Gerardo Pisarello.

Outre le harcèlement de ses représentants, IU dénonce le fait que le député argentin Federico Fagioli ait été arrêté par le gouvernement putschiste bolivien à l’aéroport, et a pu entrer dans le pays suite aux démarches de son ambassade et de l’ONU. 

L’ensemble des missions d’observation, y compris celle de l’UP, ont ignoré les provocations du gouvernement de facto bolivien, ont poursuivi leurs travaux et ont suivi à tout moment le programme de travail proposé par le TSE, souligne le communiqué de presse.

IU a ajouté à ce harcèlement contre ses observateurs celui du journal numérique espagnol Okdiario, qu’il définit comme proche de l’extrême droite et avec une étroite connivence avec le gouvernement putschiste d’Áñez.

En raison de toutes ces circonstances, IU tient le gouvernement de factoet son administration, ainsi qu’Okdiario, responsables de ce qui pourrait arriver à leurs représentants à La Paz, la capitale bolivienne.

Le parti espagnol 'espère que la démocratie reviendra et que ce pays frère s’éloignera définitivement des coups d´État et des fraudes, et que le peuple redeviendra souverain', conclut le texte.

peo/agp/edu