Agence de Presse de l'Amérique Latine

La Syrie confirme la visite de hauts responsables des États-Unis

Damas, 19 octobre (Prensa Latina) Des sources syriennes dignes de foi ont confirmé aujourd’hui la publication par le quotidien américain The Wall Street Journal d’une visite de deux hauts fonctionnaires de la Maison Blanche à Damas en août dernier.

Des sources citées par le quotidien semi-officiel Al Watan ont rapporté que Roger Carstens, envoyé spécial du président des États-Unis pour les affaires de kidnapping, et Cash Patel, assistant présidentiel et directeur de la lutte contre le terrorisme à la Maison Blanche, ont visité la capitale en août dernier.

Les deux responsables ont eu des entretiens avec le général Ali Mamlouk, chef de la Sécurité nationale syrienne, avec qui ils ont discuté d’une série de questions « d’offres et de demandes », y compris les sanctions imposées à la Syrie, le sujet des otages nord-américains, en particulier le cas du journaliste Austin Tice porté disparu ici depuis 2012.

Ce n’est pas la première visite de hauts responsables nord-américains. Au cours des derniers mois, il y en a eu trois semblables à Damas, ont indiqué les sources qui ont demandé l’anonymat.

Elles ont expliqué que ces responsables étasuniens ont été surpris par la position ferme de la Syrie qui a refusé de discuter ou de coopérer avec Washington avant de discuter du dossier du retrait des forces d’occupation nord-américaines du pays arabe et de l’apparition de signes réels à ce sujet.

'Damas a refusé de discuter de la question des sanctions imposées à la Syrie avant d’aborder la question du retrait des États-Unis du territoire syrien', ont-elles précisé.

Les sources citées ont conclu que 'Damas est très prudente vis-à-vis de ces visites nord-américaines et n´a ni confiance en ces représentants, ni en de possibles résultats, surtout car les autorités syriennes sont conscientes de l’influence des lobbies sur les présidents étasuniens et leurs décisions et politiques générales'.

Par ailleurs, le quotidien Al-Watan a publié un article estimant qu’Austin Tice n’est pas un journaliste mais un agent engagé par les services de renseignements nord-américains qui est entré illégalement en Syrie en 2012.

Tice s´est rendu dans de nombreux endroits qui échappaient au contrôle de l’armée syrienne à l’époque, y compris la Ghouta orientale, près de Damas, et avait pour tâche de préparer les djihadistes à combattre les forces syriennes.

peo/oda/fm