Agence de Presse de l'Amérique Latine

Honneur aux grand-mères de la Place de Mai en Argentine

Par Maylin Vidal

Buenos Aires, 22 octobre (Prensa Latina) Les adjectifs ne manquent pas aujourd’hui pour honorer les grands-mères de Plaza de Mayo, référentes de la lutte sociale en Argentine et en Amérique Latine et auxquelles ce pays rend hommage à l’occasion de la Journée nationale du droit à l’identité.

43 ans après la fondation de ce collectif de femmes qui sont descendues dans la rue sous une dictature civile et militaire sanglante (1976-1983) pour récupérer leurs petits-enfants enlevés, diverses voix politiques et de défense des droits de l’Homme, mais surtout le peuple qui les a accompagnées dans leur bataille, les remercient toujours un peu plus pour tout ce qu´elles ont accompli.

Plus de quatre décennies se sont écoulées depuis que les 12 premières femmes se sont réunies le 22 octobre 1977 à la recherche des enfants de leurs enfants nés en captivité et remis à d’autres familles.

Aujourd’hui, beaucoup d’entre elles, appuyées sur leurs cannes, font preuve d’une trempe inégalée et continuent de se battre pour que tous ces bébés, hommes et femmes, puissent retrouver leur véritable identité.

Nombreux sont ceux qui remercient sur Twitter cette organisation des droits humains et sa présidente, Estela de Carlotto, qui fête précisément aujourd’hui ses 90 ans dans des circonstances difficiles qui l’empêchent d’être sur cette place historique de Mai, mais sa lutte et celle de ses compagnes ne s´arrête même pas lors d´une pandémie.

Sur les réseaux sociaux, depuis ce matin, des dizaines de personnes rendent hommage aux Grands-mères, dont le secrétaire aux Droits de l’Homme du Gouvernement, Horacio Pietragalla, l’un des nombreux petits-enfants récupérés par ce collectif.

« Aujourd’hui, des centaines d’hommes et de femmes ne connaissent pas leur histoire, il y a des familles qui attendent et les grand-mères n’ont plus le temps (de lutter). Aidez-nous à viraliser les recherches... En 2003, j’ai retrouvé mon identité en devenant le 75e petit-fils restitué à sa famille grâce à mes chères grands-mères de la Place de Mai', a écrit le fonctionnaire sur Twitter.

Avec la loi 26.001 de 2004, le Congrès de la Nation a institué le 22 octobre comme Journée Nationale pour le Droit à l’Identité, date à laquelle les Grands-Mères ont commencé leur inlassable recherche, une lutte qui se poursuit dans l’espoir de trouver ceux qui manquent, se battant pour la mémoire, la vérité et la justice.

peo/jf/may