Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba dénonce à l’Unesco les obstacles à l’accès aux TIC

Paris, 3 décembre (Prensa Latina) Cuba a dénoncé aujourd’hui au Conseil exécutif de l’UNESCO l’obstacle que représentent les mesures coercitives unilatérales des États-Unis et leur caractère extraterritorial pour l’accès aux technologies de l’information et de la communication (TIC).

Prenant la parole lors de la 210e réunion de l’un des trois organes de gouvernance de l’organisme multilatéral, la représentante permanente de Cuba, Yahima Esquivel a déclaré que l’île et d’autres pays membres sont confrontés à une hostilité de Washington qui les empêche d’accéder aux plateformes virtuelles utilisées lors des forums de l’Unesco.

'Aujourd’hui les entreprises qui offrent ces produits technologiques et numériques se voient obligées de demander des licences spéciales pour ne pas être pénalisées ou sanctionnées si elles permettent à l’un de ces pays (sous blocus nord-américain) d’accéder à leurs services', a précisé l’ambassadrice.

Selon Esquivel, la pandémie de Covid-19 en cours aggrave la fracture numérique existante et démontre la nécessité urgente de redoubler d’efforts pour que les TIC ne soient pas un privilège.

Lors de récents événements internationaux via Internet, y compris ceux qui utilisent la plate-forme Zoom, des représentants cubains n’ont pas pu intervenir ou ont été contraints de le faire par le biais de vidéos enregistrées en raison du blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis à la plus grande des Antilles.

La diplomate de l’île a plaidé au Conseil exécutif pour que l’Unesco et les autres acteurs du système des Nations Unies continuent à rechercher des solutions durables qui garantissent une plus grande démocratisation des TIC.

Esquivel a insisté sur le rôle important de l’Unesco, avec ses valeurs et son mandat, pour accompagner les États membres dans l’atténuation des effets de la crise systémique et la réponse aux défis mondiaux découlant de la pandémie, ainsi que ceux qui ont été perpétués et accumulés à cause de l’ordre international injuste.

Elle a souligné l’opportunité collective offerte par le projet de stratégie à moyen terme (2022-2029) présenté par la directrice générale de l’organisation, Audrey Azoulay, pour renforcer la contribution au développement durable et à la paix mondiale.

Puis elle a également exprimé sa solidarité avec tous les pays qui ont connu ces dernières semaines des attentats terroristes, un fléau dont Cuba a été victime, et avec les nations frappées par le passage des ouragans Laura, Eta et Iota en Amérique centrale et dans les Caraïbes.

peo/jf/wmr