Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba rejette l’ingérence des États-Unis lors du sommet de l’ALBA-TCP

La Havane, 15 décembre (Prensa Latina) Le président de Cuba, Miguel Diaz-Canel, a rejeté hier l’ingérence des États-Unis dans la région, lors du XVIIIe Sommet de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique-Traité de commerce des peuples (ALBA-TCP).

Intervenant lors de la rencontre tenue de manière virtuelle, il a déclaré que ce rendez-vous avait lieu dans le contexte des tentatives de Washington de réimposer la Doctrine Monroe, base de la politique étrangère nord-américaine dans ses liens de domination avec l’Amérique latine, en opposition à la proclamation de la région comme zone de paix.

Il a également dénoncé le renforcement des mesures coercitives unilatérales appliquées par la Maison Blanche contre des pays de l’Alliance, comme le Venezuela, le Nicaragua et Cuba, victimes de pressions économiques dans le but de créer un climat d’instabilité interne.

Dans le cas de l’île des Caraïbes, il a déclaré que cette politique hostile incluait également le financement d’actes terroristes et l’incitation, depuis le territoire nord-américain, à enfreindre la loi sur l´île.

Cependant, 'le peuple cubain a clairement et fermement rejeté les tentatives de fabriquer, avec l’aide des réseaux numériques et certains médias, des actions de guerre non conventionnelles pour précipiter le dénommé changement de régime et détruire la Révolution', a-t-il signalé.

'Nous avons montré à maintes reprises au cours de l’histoire que nous ne cédons pas aux pressions et au chantage et que ces formules ne sont pas et ne seront pas efficaces contre un peuple uni, aux convictions profondes, fier de sa tradition de lutte', a affirmé Diaz-Canel.

Dans ce contexte, le chef de l’État a appelé au renforcement de l’unité et de l’intégration en faveur de la paix dans la région.

Il a rappelé que la pandémie de la Covid-19 a posé des défis aux systèmes de santé et aux économies, avec des conséquences plus graves pour les pays en développement, d’où la nécessité de proposer des solutions créatives, en privilégiant la coopération.

À cet égard, le Président a réaffirmé la disposition de l’île à élargir la collaboration dans le secteur de la santé avec les membres de l’Alliance, notamment grâce à des conseils épidémiologiques et à l’échange de données d’expérience.

De même, il a indiqué que Cuba mettait en œuvre de manière accélérée quatre projets de vaccination contre cette maladie, et avait envoyé plus de 50 brigades médicales dans 39 pays pour enrayer la Covid-19.

Les chefs d’État et de gouvernement participant au sommet célèbrent le 16e anniversaire de la fondation de l’ALBA-TCP par les leaders Fidel Castro (Cuba) et Hugo Chávez (Venezuela), et le retour au sein du mécanisme de l’État plurinational de Bolivie.

Fondée à La Havane le 14 décembre 2004, l’Alliance constitue une plate-forme d’intégration conçue pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, à partir de la solidarité, de la complémentarité et de la coopération entre ses pays membres.

peo/agp/cgc