Agence de Presse de l'Amérique Latine

Une éventuelle nouvelle sanction contre Cuba qualifiée de stupide, mesquine et préjudiciable

Washington, 4 janvier (Prensa Latina) Sanctionner Cuba en l’incluant parmi les États qui soutiennent le terrorisme serait, si cela se produit, une décision stupide, mesquine et nuisible, estime aujourd’hui le portail numérique étasunien theamericanconservative.com.

Un article d’opinion signé par Daniel Larison, rédacteur en chef de The American Conservative (TAC), qualifie cette décision d’absurde et qu´elle montre l’abus des sanctions par Washington.

Le Département d’État dirigé par le secrétaire d’État Mike Pompeo envisage d’ajouter l’île à la liste des États qui soutiennent le terrorisme dans un autre mouvement de dernière minute pour bloquer l’administration entrante (de Joe Biden), note Larizon, un chroniqueur réputé ayant des publications dans The New York Times, World Politics Review et Politico Magazine, entre autres.

Les fonctionnaires du Département d’État ont élaboré une proposition visant à désigner La Havane comme État parrainant le terrorisme; un mouvement de politique étrangère de dernière minute qui compliquerait les plans de la nouvelle administration Biden pour détendre la pression nord-américaine croissante sur l’île, précise-t-il.

À l’instar des autres mesures prises par le Département d’État de Pompeo ces dernières années, le fait de désigner Cuba comme État parrain du terrorisme n’a aucun mérite et se fait principalement en dépit de la prochaine administration, a-t-il manifesté.

Si cela se produit, ce sera une décision stupide, mesquine et nuisible. C’est ce que nous appris à espérer de Pompeo et du reste de cette administration, mais ce n’est pas une excuse pour ce qu’ils font, a-t-il précisé.

Cuba a été éliminé de cette liste en 2015 dans le cadre de la normalisation des relations de Barack Obama avec le gouvernement cubain. Cette politique fut en grande partie inversée pendant les années de la présence de Trump au pouvoir, et cette désignation lui nuirait encore plus, du moins temporairement, a estimé Larizon.

Le Gouvernement cubain ne soutient pas aujourd’hui les groupes terroristes internationaux et il n’y a donc pas de bonne raison de l´inscrire sur la liste, a affirmé l´auteur de l’article.

La liste des États parrains du terrorisme a toujours été politisée, mais une nouvelle désignation de Cuba confirmerait qu’elle est maintenant utilisée principalement à des fins politiques partisanes et pour satisfaire les électeurs à domicile, principalement les extrémistes de Floride, a-t-il ajouté.

Selon Larizon, de nombreux gouvernements qui parrainent encore des groupes terroristes n’ont jamais été sur la liste parce qu’ils sont des clients et des 'partenaires' de Washington, et sous Trump, certains États qui ne soutiennent plus le terrorisme sont sanctionnés en tant que parrains.

peo/mgt/lb