Articles

50 mille Haïtiens déplacés vivent toujours dans des camps de réfugiés

Port-au-Prince, 13 janvier (Prensa Latina) Près de 50 mille personnes déplacées à la suite du tremblement de terre dévastateur de 2010 vivent aujourd’hui dans des camps de réfugiés et n’ont pas accès aux services de base, a dénoncé une organisation haïtienne de défense des droits de l´Homme.

Le Réseau national pour la défense des droits de l’Homme (Rnddh) a identifié 26 sites de ce type, situés pour la grande majorité dans le département de l’Ouest, la région la plus touchée par le séisme de sept sur l’échelle de Richter qui a frappé la capitale il y a 11 ans.

Les membres de l’organisation ont visité 21 de ces zones et ont constaté que 72 pour cent des refuges sont en mauvais état, 24 pour cent dans un état régulier et 4 pour cent en bon état.

Le rapport a en outre révélé que seulement 19 pour cent sont approvisionnés en eau potable par l’entreprise publique, alors que la plupart sont dépourvus de services sanitaires et que la présence policière est faible, de sorte que les habitants de ces communautés sont confrontés à de multiples actes de violence.

Le tremblement de terre de 2010 a fait 300 mille morts et près du même nombre de blessés.

Plus de 1,5 million de personnes ont perdu leur maison et les principaux bâtiments historiques et politiques, comme le Palais national, la cathédrale de Port-au-Prince, le Parlement ou la Cour suprême, se sont effondrés. Ils n’ont pas encore été reconstruits.

Un pourcentage élevé de l’aide multimillionnaire reçue par Haïti après le séisme est retournée dans son pays d’origine, principalement les États-Unis, par l’intermédiaire des propres organisations internationales qui l’ont géré, à quoi s’ajoutent les cas de corruption.

Onze ans plus tard, le pays continue de souffrir des conséquences du tremblement de terre et sa population s’est appauvrie au cours de la dernière décennie, qui a également été impitoyable en nombre d’autres phénomènes météorologiques tels que les ouragans, les fortes pluies et la sécheresse prolongée.

peo/mgt/Ane