Agence de Presse de l'Amérique Latine

Des évêques des États-Unis condamnent l’inscription de Cuba sur une liste unilatérale

Washington, 14 janvier (Prensa Latina) David J. Malloy, président du Comité pour la justice et la paix internationale de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis (Usccb), a condamné la réinscription de Cuba sur la liste des pays qui, selon Washington, soutiennent le terrorisme. Pendant des décennies, avec le Saint-Siège et la majorité de la communauté internationale, la Conférence des évêques catholiques a appelé à la collaboration et aux relations mutuellement bénéfiques entre les États-Unis et Cuba, souligne le texte publié le 12 janvier.

Nous plaidons également pour la levée totale de l’embargo économique (blocus) contre la nation insulaire, affirme le document.

En tant que président du Comité pour la justice et la paix internationale de l’Usccb, je voudrais exprimer mon profond désaccord avec la décision du secrétaire d’État, Mike Pompeo, d’ajouter Cuba à la liste des États qui parrainent le terrorisme, note-t-il.

'Comme notre comité l’a dit à maintes reprises, nous avons besoin de davantage de relations entre les États-Unis et Cuba, et pas moins, pour construire des liens commerciaux, culturels et scientifiques mutuellement bénéfiques qui produiront une prospérité durable pour nos deux nations, ajoute le document signé par Malloy.

Je prie pour que nous ne nous lassions jamais de travailler à la réalisation de ces objectifs et pour que les deux parties reconnaissent la nécessité de l’amitié et de la collaboration, conclut le texte.

Cette semaine, Pompeo a annoncé l’inscription de l’île sur la liste des nations qui, selon Washington, parrainent le terrorisme, une mesure que nombre d´experts qualifie d’unilatérale, fallacieuse et politiquement motivée.

Cuba a d’abord été inscrite sur cette liste unilatérale en 1982, sous l’administration de Ronald Reagan (1981-1989).

Le Département d’État a ensuite retiré l’île de cette liste en 2015, après que Washington et La Havane aient annoncé le 17 décembre 2014 le début d’un processus de normalisation des relations bilatérales.

peo/jf/rgh