Agence de Presse de l'Amérique Latine

L´ancien président du FC Barcelone libéré après avoir déclaré

Barcelone, Espagne, 2 mars (Prensa Latina) L’ancien président de ce club de football de Barcelone Josep Maria Bartomeu a été libéré aujourd’hui, avec son assistant Jaume Masferrer, après qu’ils aient tous deux été entendu au sujet du scandale connu sous le nom de Barçagate.

Le Tribunal Supérieur de Justice de Catalogne (TSJC) a indiqué dans un communiqué de presse que les deux anciens dirigeants de l’entité catalane se sont présentés ce matin devant la juge Alejandra Gil et se sont prévalus de leur droit de ne pas témoigner, raison pour laquelle la juge a accordé leur mise en liberté provisoire.

Bartomeu et Masferrer ont été arrêtés lundi, avec deux autres anciens membres de la direction du club, dans le cadre d’une opération menée par l’unité des crimes économiques des Mozos de Escuadra -police de cette communauté autonome d’Espagne- qui comprenait également la perquisition de bureaux du stade Camp Nou appartenant au FC Barcelone.

L’opération fait partie de l´enquête qui a commencé en février 2020 après que la chaîne SER ait révélé le détournement de fonds concernant le paiement aux compagnies engagées pour surveiller les réseaux sociaux de l’entité, qui ont discrédité l’image de certains joueurs et personnalités critiques avec la gestion de l’ancien président.

Ce média a révélé à l’époque que le Barça avait engagé la société I3 Ventures, par le biais de laquelle il diffamait depuis au moins six comptes Facebook des individus et des entités de l’entourage du club, comme Lionel Messi ou Gerard Piqué, qui ont été attaqués à plusieurs reprises.

Au milieu du scandale déclenché par cette révélation, l’ancienne direction du FC Barcelone a reconnu avoir embauché cette entreprise, mais a nié catégoriquement avoir commandité une campagne de diffamation.

Cependant, l’avalanche de critiques et la crise au sein du club ont contraint Bartomeu et son entourage à démissionner alors qu’ils étaient sur le point d’être destitués par une motion de censure en octobre dernier.

peo/mem/rps