Agence de Presse de l'Amérique Latine

Les États-Unis manipulent l’approche multilatérale et humanitaire contre le Venezuela

Par Maurice García Menéndez

Caracas, 17 mars (Prensa Latina) Le gouvernement des États-Unis avance aujourd’hui une approche dite multilatérale et humanitaire de sa politique de changement de régime contre le Venezuela, selon des déclarations de porte-parole de la Maison Blanche.

L’administration de Joe Biden prétend intensifier la pression contre Caracas, a révélé le porte-parole du Département d’État Ned Price, en alignant ses objectifs sur les différents groupes et pays qui se plient et adhèrent à la politique hostile contre la nation sud-américaine.

 

Dans cette ligne d’action, Washington ignore le Conseil de Sécurité de l’ONU en tant qu’instance multilatérale par excellence, face à l’illégalité et au manque de soutien de sa politique de coercition et des mesures unilatérales dans le domaine économique.

'La campagne de pression maximale pour changer le gouvernement du Venezuela viole le principe de l’égalité souveraine et constitue une intervention dans ses affaires intérieures', a déclaré la rapporteuse spéciale de l’ONU Alena Douhan dans son rapport sur l’impact des prétendues sanctions sur le pays sud-américain.

Selon le secrétaire d’État Antony Blinken, 'les États-Unis ne promouvront plus la démocratie par des interventions militaires', dans la mesure où ils renforcent leur politique d’asphyxie économique vis-à-vis des pays où ils ont intérêt à mettre en œuvre le dénommé changement de régime.

Le blocus économique imposé à Caracas a des effets similaires à ceux de l’intervention militaire, privant la population de ressources pour l´approvisionnement et le développement, a reconnu l’experte des Nations Unies après sa visite dans le pays sud-américain.

Les mesures d’étranglement à la commercialisation du diesel imposées au Venezuela favorisent la pénurie de biens de première nécessité, afin de créer l’instabilité sociale nécessaire à la réalisation de ces objectifs politiques, selon l’exécutif bolivarien.

Cette politique de coercition vise en outre à favoriser l’opposition extrémiste face à ses graves problèmes d´organisation et son déclin quant au soutien populaire dans le cadre d´un éventuel scénario de négociation.

Le conseiller hémisphérique à la Sécurité nationale de la Maison Blanche, Juan Sebastián González, a publiquement assumé la décadence de leadership de l’ancien député Juan Guaidó, que les États-Unis reconnaissent comme 'président en charge' du Venezuela et leur interlocuteur sur le terrain.

Dans le cadre de ses priorités pour le Venezuela, le secrétaire d’État Blinken a également annoncé la fourniture d’une aide humanitaire, ce qui révèle le deux poids, deux mesures de sa politique qui vise à influer sur une situation économique fondée sur les sanctions contre le pays.

Cela supposerait l’entrée d’organisations non gouvernementales désignées pour fournir des ressources à la population vénézuélienne face à l’affaiblissement économique, et ce en excluant les institutions de l’État.

Un exemple en est la recommandation de l’ancien représentant pour le Venezuela de l’administration de Donald Trump, Elliott Abrams, qui a proposé au gouvernement démocrate actuel de négocier l’assouplissement des sanctions sur les carburants en échange de l’autorisation d’entrée du Programme Alimentaire Mondial dans le pays.

Le caractère humanitaire de l’administration nord-américaine ne serait pourtant démontré que par le démantèlement du blocus, la libération de ses ressources illégalement saisies à l’étranger et l’insertion normale du pays dans les circuits financiers internationaux, des demandes répétées du gouvernement vénézuélien.

Cela faciliterait le dynamisme économique et améliorerait les soins de santé dont a besoin la population vénézuélienne dans le contexte international complexe imposé par la pandémie de Covid-19.

Face à ce scénario, le pays sud-américain renforce ses alliances stratégiques internationales et procède à des ajustements économiques par les acteurs publics et privés, alors que les secteurs politiques internes qui s’alignent sur la politique d’agression ne font que s´isoler et se discréditer.

peo/mem/Wup/Mgm