Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba rejette la manipulation des États-Unis sur la question des droits humains

La Havane, 6 avril (Prensa Latina) Cuba rejette la manipulation par les États-Unis de la question des droits de l’Homme et son utilisation comme outil de la politique agressive que cette puissance intensifie aujourd’hui contre cette nation caribéenne, a réaffirmé la chancellerie.

Selon le directeur général des États-Unis au Ministère des Affaires étrangères, Carlos Fernández de Cossío, Washington profite opportunément d’un sujet aussi sensible pour attaquer des gouvernements qui défendent le droit souverain de leurs peuples à l’autodétermination.

Le diplomate antillais a convoqué lundi le Chargé d’affaires étasunien à La Havane, Timothy Zúñiga-Brown, à qui il a exprimé sa désapprobation du rapport du Département d’État sur les droits de l’Homme de 2020, rendu public la semaine dernière, qui signale des violations présumées dans ce domaine à Cuba.

Lors de la réunion, Fernández de Cossío a qualifié le rapport de trompeur et de politisé et a exhorté le gouvernement nord-américain à cesser sa campagne de discrédit et à mettre fin à cet exercice unilatéral et à d’autres ingérences.

Il a insisté sur le fait que ce rapport annuel unilatéral des États-Unis répète des calomnies qui ont été utilisées pendant des années comme prétexte pour promouvoir des actions hostiles et imposer des mesures économiques coercitives visant à nuire au niveau de vie de la population et à la punir pour son soutien au processus révolutionnaire.

De même, le diplomate cubain a signalé des violations flagrantes et systématiques des droits de l’Homme chez le puissant voisin du nord concernant le racisme, la xénophobie, la brutalité policière, la torture de prisonniers, les détentions prolongées, entre autres.

Il a également rappelé à Zúñiga-Brown l’utilisation de prisons secrètes, l’antisémitisme, le maccarthysme et d’autres formes d’intolérance religieuse et idéologique, auxquels s’ajoutent les exécutions extrajudiciaires dans diverses parties du monde.

Cuba jouit d’un prestige international dans le domaine des droits de l’Homme, en raison de ses résultats en matière de promotion et de protection de ces droits, de sa tradition de coopération avec les mécanismes des Nations Unies et de sa solidarité avec les autres nations, a exprimé le diplomate insulaire à son interlocuteur.

Puis il a enfin rappelé que ce pays des Caraïbes a été élu membre du Conseil des Droits de l’Homme de l´ONU pour la période 2021-2023 et qu’il est membre de 44 des 61 instruments internationaux en la matière.

peo/Jha/evm/cvl/jcm/evm