Agence de Presse de l'Amérique Latine

La France ouvre des archives sur la période du génocide au Rwanda

Paris, 7 avril (Prensa Latina) Le Journal officiel français a publié aujourd’hui une résolution rendant publiques les archives de l’ancien président François Mitterrand, utilisées par la Commission Duclert pour établir les responsabilités concernant le génocide au Rwanda.

Les documents déclassifiés portent sur la période 1990-1994, relatifs à la situation du Rwanda à l’époque et au génocide perpétré contre le peuple tutsi dans le pays africain.

Ces archives, réunies sous la présidence de François Mitterrand et de son premier ministre d’alors, Edouard Balladur, ont servi à une commission de 14 historiens dirigée par Vincent Duclert pour déterminer la 'responsabilité et non complicité' de la France dans le génocide.

Les 1.200 pages du rapport Duclert, remis au président français Emmanuel Macron le 26 mars dernier, passent en revue l’implication française au cours de ces quatre années décisives au cours desquelles un plan de massacres a été mis en place, tuant 800.000 personnes dans des conditions abominables, pour la plupart des Tutsis, entre avril et juillet 1994.

Ce rapport a souligné la responsabilité de François Mitterrand et de ses collaborateurs privés qui ont ignoré à plusieurs reprises les divers avertissements sur les risques de génocide. Toutefois, Macron ne s´est pas encore réellement exprimé sur le contenu et s’est contenté de se réjouir d’avoir franchi un pas important vers une compréhension commune du rôle de la France.

Les milliers de documents désormais exposés ne sont cependant pas le total de la collection Mitterrand, car tant le Bureau de l’Assemblée Nationale que l’Armée ont opposé leur veto ou retardé jusqu’à l’été la divulgation de certaines archives.

peo/mem/Acm