Articles

L´ancien président du Panama accusé de corruption en Espagne

Panama, 7 avril (Prensa Latina) L’ancien président du Panama Ricardo Martinelli (2009-2014) est accusé en Espagne de blanchiment d’argent et d´avoir reçu des pots-de-vin d’une entreprise de construction de ce pays au cours de son mandat, a publié aujourd’hui la presse locale.

La Fondation Internationale Baltasar Garzón (Fibgar) a remporté l’appel devant un tribunal madrilène pour poursuivre le procès pénal contre Fomento de Construcciones y Contracts, S.A. (FCC) pour délits commis sur des chantiers réalisés au Panama, ont rapporté ce mercredi, entre autres, les quotidiens La Prensa et La Estrella de Panama.

Fibgar a reçu le feu vert de la chambre pénale de l’Audiencia Nacional, alors que le deuxième tribunal central d’instruction de Madrid a rejeté la plainte, estimant que la Fondation ne remplissait pas les conditions préalables pour porter l’accusation.

Depuis octobre 2020, l’organisation dirigée par l’ancien juge Garzón a impliqué des fonctionnaires du gouvernement panaméen, sous la direction de Martinelli, dans une affaire pour laquelle il aurait perçu 82,7 millions de dollars de sommes illégales de la part de sociétés écrans.

La cour d’appel a assuré 'que l’ordonnance du tribunal excluant la responsabilité pénale de M. Ricardo A. Martinelli Berrocal ne peut être confirmée dans la présente procédure', selon le communiqué de la Fondation cité par La Estrella.

Jusqu’à présent, aucune réaction de l’ancien président n’a été connue. L’affaire a éclaté en 2017 lors d’enquêtes sur des pots-de-vin réalisés par la société brésilienne Odebrecht au Panama.

La société FCC a participé à la construction des deux lignes du métro de la capitale, à la transformation des routes et à l’immense hôpital inachevé connu sous le nom de Ciudad de la Salud (Ville de la Santé), et dont les contrats présentaient des surfacturations et des services non fournis.

peo/mem/Orm