Agence de Presse de l'Amérique Latine

L’ONU qualifie 2020 d’année de catastrophes climatiques

Nations Unies, 19 avril (Prensa Latina) L’année 2020 a été une année sans précédent de catastrophes et de phénomènes météorologiques extrêmes en raison du changement climatique, qui a déjà des effets désastreux, a alerté aujourd’hui le secrétaire général de l’ONU, António Guterres.

En plus d’être une année marquée par la pandémie de Covid-19, la situation climatique décrite dans le rapport sur l’état du climat mondial en 2020 génère également des alarmes, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

L’année 2020 a été 1,2 degrés Celsius plus chaude que l´époque préindustrielle et le monde est maintenant dangereusement proche de la limite de l’augmentation à 1,5 degrés Celsius établie par la communauté scientifique, a-t-il détaillé.

Selon Guterres, l’humanité est au bord du gouffre, les six dernières années depuis 2015 ont été les plus chaudes enregistrées de l’histoire, alors que les concentrations des principaux gaz à effet de serre continuent d’augmenter.

Le nombre de cyclones tropicaux dans le monde a été supérieur à la moyenne en 2020 et des sécheresses généralisées ont eu lieu dans des pays comme les États-Unis, ce qui a déclenché de graves incendies de forêt, a déclaré le diplomate portugais.

De même, a-t-il poursuivi, la calotte glaciaire se rétrécit dans différentes régions et, par conséquent, le taux d’élévation du niveau de la mer s’accélère.

Pour éviter les pires impacts, a-t-il précisé, nous devons limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5 degrés Celsius, et cela signifie réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici 2030 de 45 pour cent par rapport aux niveaux de 2010.

Il est également urgent de parvenir à zéro émission nette d’ici 2050, a-t-il ajouté.

Cette année doit être l’année de l’action : premièrement, il est urgent de convenir d’une direction commune; deuxièmement, il faut consacrer les 10 prochaines années à entreprendre les transformations nécessaires; et troisièmement, ces engagements et ces plans doivent être soutenus par des actions concrètes, a-t-il déclaré.

Les milliards de dollars destinés au redressement suite à la Covid-19 doivent être alignés sur l’Accord de Paris et les Objectifs de développement durable, afin de stimuler les énergies renouvelables et de progresser vers l’élimination progressive du charbon, a-t-il précisé.

Comme on le sait, a indiqué Guterres, les populations les plus touchées par les impacts du changement climatique souffrent également d’autres vulnérabilités comme l’insécurité alimentaire et les conflits.

C’est pourquoi il est si important que les pays développés honorent leurs engagements en matière d’aide et d’investissement dans le domaine climatique, a-t-il souligné.

Il s´agit vraiment d´une année cruciale pour l’avenir de l’humanité, le rapport sur l´état global du climat en 2020 présenté ce lundi montre qu’il n’y a pas de temps à perdre, a souligné le secrétaire général en appelant à prendre ces informations au sérieux.

Il a souligné qu’il s’agit d’un rapport terrifiant que les dirigeants du monde doivent connaître.

'Engageons-nous tous à agir pour stabiliser notre climat et mettre fin à notre guerre contre la nature. '

peo/ga/ifb