Agenzia di stampa latinoamericana Prensa Latina - Cuba

La FIFA et le COI rejettent l´initiative de la super-ligue européenne de football

Montreux, Suisse, 20 avril (Prensa Latina) La Fédération Internationale des Associations de Football (FIFA) et le Comité International Olympique (CIO) ont rejeté aujourd’hui la proposition séparatiste de 12 clubs d’Italie, d’Espagne et d’Angleterre d’effectuer une Super-ligue Européenne.

Lors du 45e Congrès de l’Union des fédérations européennes de football (UEFA), les titulaires des deux entités ont exprimé leur désapprobation en signe de soutien à la position de joueurs, clubs, ligues, associations nationales, gouvernements et supporters.

Gianni Infantino, titulaire de la FIFA, a confirmé son soutien total à l’UEFA et a déclaré avec force que la 'Super-ligue' constitue une rupture des institutions actuelles et 'si certains choisissent de suivre leur propre voie, alors ils doivent vivre avec les conséquences de leurs choix'.

Pour sa part, le président du CIO, Thomas Bach, a averti qu’une 'Super-ligue' fermée représente une menace pour le modèle sportif européen, qui soutient le développement du football de base et où le succès est basé sur le mérite.

Bach a condamné le fait que face aux objectifs purement lucratifs des fournisseurs et des investisseurs commerciaux, la mission sociale des organisations sportives perde du terrain.

Aleksander Ceferin, président de l’UEFA, a remercié la FIFA et le CIO pour leur soutien et, dans une déclaration, les 55 fédérations membres ont dénoncé la Super-ligue qui s’oppose au modèle européen de compétition ouverte et solidaire au bénéfice de tous.

L’ancien footballeur anglais David Beckham, les entraîneurs Pep Guardiola, Andrea Pirlo et Manuel Pellegrini, ainsi que le club Bayern de Munich, la Premier League et l’Association du sport espagnol ont notamment rejeté l´annonce de la nouvelle compétition le week-end dernier.

De même, les premiers ministres Mario Draghi, d’Italie, et Boris Johnson, du Royaume-Uni, le président français Emmanuel Macron, et le gouvernement espagnol se sont joints à ceux qui rejettent le projet de Super-ligue européenne de football.

peo/mgt/Yma