Agence de Presse de l'Amérique Latine

La violence israélienne unifie les réfugiés palestiniens

Beyrouth, 14 mai (Prensa Latina) L'ancien prisonnier politique palestinien Mussa'ab Bashir a déclaré aujourd'hui à Prensa Latina que la violence exercée par Tel Aviv a unifié ses compatriotes, qu'ils soient à l'étranger, dans les territoires occupés ou en Israël. 

Réfugié en Espagne, Bashir n'a pas dormi pendant plusieurs nuits dû à l'angoisse de savoir ce qu'il en était de sa famille dans la Bande de Gaza, où les bombardements israéliens des avions de chasse F35 ont déjà provoqué quelque 90 morts et des centaines de blessés.

« Pour la première fois, j'ai l'impression de ne pas pouvoir faire grand-chose", a-t-il affirmé lors d'une conversation téléphonique avec Prensa Latina à Beyrouth.

Avec son épouse espagnole Isabel Perez, Mussa'ab organise une journée dans le pays ibérique pour soutenir la cause palestinienne et contre les atrocités des occupants.

« Nous sommes un peuple et nous voyons que notre retour en Palestine est proche ; la victoire est proche », a-t-il manifesté.

Selon l’ancien prisonnier politique, en Espagne les événements sont suivis par les chaînes de télévision, dont beaucoup évitent de condamner ou de réprimander le régime de Tel Aviv, bien que la vérité commence à émerger face à tant de propagande tendancieuse.

On constate le refus inébranlable des résidents du quartier de Sheikh Jarrah, à Jérusalem, concernant la décision d'un tribunal israélien qui les obligerait à quitter leurs maisons, et où la rébellion actuelle a débuté, a-t-il déclaré.

Suite à la répression des colons juifs soutenus par des agents israéliens faisant plusieurs morts et blessés, la Résistance palestinienne a pris les armes. Le mouvement islamique palestinien du Hamas a contre-attaqué par des lancements de roquettes contre les intérêts de Tel Aviv dans les territoires occupés et les sionistes ont répondu par des raides aériens contre Gaza.

On dit que cette fois-ci, a déclaré Musaa'ab, « le chagrin causé par les morts palestiniens et la colère contre l'agression israélienne sont mêlés à la portée technologique de la Résistance qui a surpris les occupants en lançant des roquettes au cœur de Tel Aviv, d'Ashkelon et d'autres villes et villages importants ». 

« Ce qui se passe aujourd'hui n'est que le début, et plus le temps passe, plus notre force augmente, malgré les pertes et les destructions à Gaza, parce que la volonté de vaincre surmonte les avions et les bombardements », a-t-il manifesté. 

Au milieu de ce panorama complexe, le président de la Palestine, Mahmoud Abbas, a dénoncé jeudi dernier que les agressions continues des troupes israéliennes à Jérusalem et à Gaza contreviennent avec total mépris à toutes les normes et accords internationaux.

peo/jcc/oda/arc/cvl