Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le Président de Cuba réaffirme l’attachement de son pays à la paix en Colombie

La Havane, 17 mai (Prensa Latina) Le président de Cuba, Miguel Diaz-Canel, a réaffirmé hier l’engagement de son pays en faveur de la paix en Colombie et a averti que toute tentative d’accuser l’île de provoquer l’instabilité dans ce pays d´Amérique du Dus serait contraire à la vérité.

Sur son compte Twitter, le mandataire a précisé que le pays caribéen a démontré plus qu’assez le sérieux avec lequel il assume les processus de paix dans l’État sud-américain, une réalité incontestable qui fait échouer toute manœuvre visant à le lier aux protestations populaires colombiennes.

La veille, le directeur général pour l’Amérique latine et les Caraïbes du Ministère des Affaires étrangères cubain, Eugenio Martinez, a également rejeté les accusations calomnieuses de secteurs de l’extrême droite colombienne et d’origine cubaine résidant aux États-Unis.

Le diplomate a insisté sur le fait qu’ils cherchent à utiliser Cuba comme prétexte pour dissimuler les véritables causes des mobilisations dans la nation sud-américaine et détourner l’attention de la répression et des brutalités policières qui ont déjà causé des dizaines de morts.

Il a souligné que le pays antillais n’intervient pas dans les affaires intérieures de la Colombie et a démontré son attachement à la paix.

Martinez a souligné que ces fausses déclarations cherchent également à justifier la recrudescence du blocus économique, commercial et financier que les États-Unis imposent à l’île et qui suscite de plus en plus le rejet de la communauté internationale et au sein de la propre population nord-américaine.

Le 7 mai dernier, le Ministère cubain des Affaires étrangères a qualifié d’injustifiée et d’inamicale l’expulsion du premier secrétaire de son ambassade en Colombie, Omar Rafael Garcia, déclaré persona non grata par Bogota en raison de prétendues 'activités incompatibles avec les dispositions de la Convention de Vienne'.

Le directeur général pour l’Amérique latine et les Caraïbes du Ministère des Affaires étrangères cubain a alors convoqué l’ambassadeur colombien à La Havane, Juan Manuel Corzo, et lui a transmis une note de protestation verbale à ce sujet.

'Nous dénonçons cette décision infondée, qui constitue un acte inamical et affecte le fonctionnement normal de l’ambassade de Cuba en Colombie', a déclaré Martinez, ajoutant que les diplomates cubains s’acquittent avec sérieux et rigueur des obligations qui leur incombent en vertu de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques.

Il a également demandé que soient exposés les prétendus motifs de cette décision, qu’il a qualifiée d’inhabituelle.

peo/oda/kmg