Agence de Presse de l'Amérique Latine

Inde: un modèle de santé inspiré de Cuba résiste à la pandémie au Kerala

New Delhi, 18 mai (Prensa Latina) La ministre de la Santé et du Bien-être social de l’État indien du Kerala, K. K. Shailaja, a attribué au modèle sanitaire inspiré de celui de Cuba le fait que ce territoire puisse aujourd’hui résister à l’impact de la Covid-19. 

Cuba a fait beaucoup grâce à son système de santé centré sur les personnes et son concept égalitaire peut être imité en Inde, pour que tous, pauvres ou riches, reçoivent un traitement équitable, a reflété le portail The Tricontinental.

Shailaja, membre du Comité central du Parti communiste de l’Inde (marxiste), a déclaré que le système de médecins de la famille à Cuba avait influencé la mise en place des centres de santé familiale au Kerala.

Cet État indien de 35 millions d’habitants a réélu aux récentes élections régionales le Front démocratique de gauche pour diriger le gouvernement local pendant cinq ans de plus, principalement en raison de la gestion habile de la pandémie de Covid-19.

Le peuple a accordé au chef du Parti communiste de l’Inde (marxiste), Pinarayi Vijayan, un second mandat en tant que ministre principal du territoire côtier.

Les habitants du Kerala ont voté en ce sens suite à une gestion efficace et rationnelle des crises du cyclone Ockhi (2017), des inondations de 2018 et 2019, du virus Nipah en 2018 et du coronavirus SARS-CoV-2.

Malgré ces difficultés, le gouvernement actuel de l’État a progressé dans la satisfaction des besoins de la population en construisant des logements abordables, des écoles publiques de qualité et les infrastructures publiques nécessaires.

Le Front démocratique de gauche, mené par le Parti communiste de l’Inde, a revendiqué la gestion habile de la pandémie tout au long de l’année dernière, contrairement à l’action insuffisante de l’Exécutif central du pays.

Le Kerala a voté pour l’action du gouvernement en fonction, les politiques alternatives appliquées, la manière de faire face à toutes les calamités naturelles, la gestion de la pandémie et ses conséquences, a déclaré le Parti communiste de l’Inde.

Pour la première fois depuis 1980, un ministre principal a remporté deux mandats consécutifs au Kerala, l’État de l’Inde ayant le plus fort indice de développement humain et le moins pauvre.

Quelques jours avant les élections, la ministre de la Santé et du Bien-être social du Kerala, K. K. Shailaja, a déclaré que l’une des grandes leçons de la pandémie était que le pays avait besoin d’une planification appropriée et de mécanismes de mise en œuvre décentralisés pour améliorer le système de santé.

Elle a souligné que l’augmentation des investissements publics dans la santé ne pouvait être retardée, car l’Inde ne dépense que 1,0 % du produit intérieur brut dans ce secteur et devrait porter ce chiffre à au moins 10 %.

La santé doit être universelle, tout comme il doit y avoir plus d’investissements dans la santé aux niveaux primaire, secondaire et tertiaire, et une planification décentralisée avec des régulations, a indiqué la titulaire.

peo/mgt/abm