Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le Congrès des États-Unis divisé sur les ventes d’armes à Israël

Washington, 20 mai (Prensa Latina) Le sénateur indépendant nord-américain Bernie Sanders présentera aujourd’hui une résolution pour bloquer la vente de missiles à Israël pour 735 millions de dollars, un sujet qui suscite de fortes divisions au sein du Congrès. 

'Au moment où les bombes fabriquées aux États-Unis dévastent Gaza et tuent des femmes et des enfants, nous ne pouvons tout simplement pas permettre qu’une autre grande transaction d’armes ait lieu sans même un débat au Capitole', a manifesté Sanders dans un communiqué obtenu par The Hill.

'Je pense que les États-Unis doivent aider à ouvrir la voie à un avenir pacifique et prospère pour les Israéliens comme pour les Palestiniens, nous devons examiner attentivement si la vente de ces équipements de guerre aide réellement à y parvenir, ou si elle ne fait que provoquer le conflit', a ajouté l’ancien candidat à la présidence.

Selon le quotidien The Washington Post, la résolution ne requiert qu’une majorité simple pour être approuvée par le Sénat, mais qu’elle aurait besoin de l’appui des deux tiers des législateurs, tant dans cette instance législative que dans la Chambre des représentants, si le président Joe Biden opposait son veto.

Dans le même but, les membres démocrates du Congrès nord-américain Alexandria Ocasio-Cortez, Mark Pocan et Rashida Tlaib ont présenté mercredi une résolution à la Chambre des représentants dans le but de bloquer la vente à Israël de munitions d’attaque directe et de bombes de petit diamètre.

« Pendant des décennies, les États-Unis ont vendu des milliards de dollars d’armes à Israël sans même exiger que ce pays respecte les droits fondamentaux des Palestiniens, et ce faisant, nous contribuons directement à la mort, au déplacement et la privation des droits de millions de personnes », a déclaré Ocasio-Cortez dans un communiqué.

Cependant, la résolution est également largement considérée comme symbolique, car on ne s’attend pas à ce qu’elle soit approuvée par les dirigeants démocrates favorables à la vente des missiles au gouvernement de Benyamin Nétanyahou, et encore moins par nombre de républicains.

Selon le quotidien The Hill, cette proposition souligne les divisions croissantes parmi les démocrates alors que les attaques israéliennes contre Gaza se poursuivent.

The Washington Post a souligné que les législateurs n’ont jamais réussi à bloquer une vente d’armes par une résolution conjointe de désapprobation.

L’ancien président Donald Trump a opposé son veto à trois résolutions adoptées par des législateurs en 2019 qui visaient à empêcher la vente de matériel de guerre à l’Arabie Saoudite et aux Émirats Arabes Unis dans le contexte de la guerre au Yémen.

Par ailleurs, le président Biden a déclaré mercredi à Netanyahou qu’il espérait une 'diminution significative' de la violence entre Israël et le Hamas pour mettre le conflit, qui se trouve dans sa deuxième semaine, sur la voie d’un cessez-le-feu.

Après l’appel téléphonique, le Premier ministre israélien a déclaré qu’il était 'déterminé à poursuivre cette opération jusqu’à ce que son objectif soit atteint', après quoi le commandement militaire de son pays a intensifié hier soir les attaques contre Gaza.

L’administration Biden a informé le Congrès le 5 mai dernier qu’elle avait approuvé cette vente d’armes à Israël, mais la plupart de ces transactions nécessitent une période de révision du Congrès de 30 jours, bien que certains alliés des États-Unis, dont Israël, profitent d’une période d’examen de deux semaines.

peo/mem/rgh