Agence de Presse de l'Amérique Latine

La Banque Centrale de Cuba établit de nouvelles règles pour les dépôts en dollars

La Havane, 16 Juin (Prensa Latina) La Banque centrale de Cuba (BCC) a émis jeudi dernier une résolution établissant la procédure à suivre pour les dépôts en espèces de dollars étasuniens, dont la suspension a été annoncée pour le 21 juin. 

La ministre présidente de cette institution, Marta Wilson, a expliqué lors du programme télévisé “Mesa Redonda” que les unités bancaires recevraient ladite monnaie en liquide jusqu'au 20 juin, car après cette date ni les personnes physiques ni les personnes morales ne pourraient effectuer de dépôts dans cette monnaie.

Cela n'implique pas que la possession de dollars nord-américains soit interdite, mais seulement que la BCC ne recevra pas l'argent liquide en raison des difficultés qu'elle rencontre actuellement pour opérer avec cette monnaie étant donné les dispositions du blocus des États-Unis, a précisé la fonctionnaire.

Les personnes physiques peuvent toujours détenir des dollars, comme des espèces de toute autre monnaie librement convertible (MLC), a-t-elle signalé en soulignant le fait que les retraits de dollars seront eux maintenus en fonction des disponibilités.

De même, ceux qui ont des comptes bancaires en MLC peuvent continuer à recevoir des virements de l'étranger, en plus d'effectuer des dépôts liquides dans toute autre devise que le dollar nord-américain, a-t-elle expliqué.

La Banque n'a pas d'autre option, a insisté Wilson, et il s'avère de plus en plus difficile pour le pays caribéen de placer ses fonds dans les institutions financières internationales, en plus de ne pas pouvoir réaliser d’opérations avec le dollar étasunien en raison du siège de Washington.

Wilson a déclaré qu'au fil des ans, la banque cubaine ont perdu des contreparties étrangères en raison de ces dispositions et de la crainte de sanctions de la part des États-Unis.

À cela s'ajoutent des mesures telles que l'inscription d’entités cubaines comme Fincimex et AIS, liées à l'envoi de fonds à Cuba, ainsi que de la Banque financière internationale, sur la liste nord-américaine des entités subissant des restrictions.

D'autre part,  l'inclusion du pays antillais dans la liste des États qui parrainent prétendument le terrorisme augmente la crainte de représailles et les refus de réaliser des opérations avec des entités cubaines.

La ministre présidente de la BCC a souligné qu'à l'heure actuelle les opérations commerciales dans le monde ne se faisaient pas en espèces mais par virements bancaires suivant des réglementations établies au niveau international.

Dans le cas de l'île, tout cela est rendu difficile car les entités financières refusent d'effectuer des transactions avec les institutions nationales.

La suspension du dépôt en espèces de dollars à Cuba est une mesure temporaire, a fait remarquer Wilson, car “tout dépend du changement des conditions qui ont déterminé les circonstances actuelles”.

peo/jcc/jha/kmg/cvl