Agence de Presse de l'Amérique Latine

La ville de Baltimore demande la fin du blocus des États-Unis contre Cuba

Washington, 21 juin (Prensa Latina) La ville nord-américaine de Baltimore a demandé une action fédérale pour mettre fin au blocus économique, commercial et financier des États-Unis contre Cuba, comme signalé vendredi dernier sur le site Internet de cette municipalité. 

La résolution adoptée par le Conseil de la ville la plus peuplée de l’État du Maryland demande au Congrès et au Président Joe Biden de mettre immédiatement fin à tous les aspects de cette mesure coercitive.

Le document prévoit la levée des restrictions aux déplacements des citoyens nord-américains vers l’île et demande à Washington de retirer la nation antillaise de la liste unilatérale des États qui parrainent prétendument le terrorisme et de restituer à l’île la base navale de Guantanamo, occupée illégalement par les États-Unis.

L’appel des législateurs de Baltimore s’ajoute aux appels d’autres villes nord-américaines demandant la fin des lois du blocus.

Au cours des derniers mois, plusieurs villes des États-Unis se sont jointes aux initiatives du mouvement Puentes de Amor (Ponts d’Amour), dont l’objectif principal est de lutter contre ces mesures punitives qui affectent essentiellement les familles cubaines.

La décision de Baltimore coïncide avec une dénonciation de la publication en ligne The Intercept qui, en préconisant un changement de politique de Washington, salue le travail de l’île dans la lutte contre la Covid-19 alors que le gouvernement nord-américain maintient ses sanctions.

Ces politiques compliquent sérieusement l’accès de Cuba au financement international, et les dirigeants de La Havane affirment qu’elles contribuent à une pénurie de fournitures écrasante, a souligné The Intercept.

Bien que l’administration Biden se soit engagée à diriger les efforts internationaux pour distribuer des vaccins dans le monde entier, les restrictions économiques sur le commerce avec Cuba menacent de saper cette même promesse, a averti The Intercept.

Selon un sondage de Data for Progress, la plupart des étasuniens pensent que les politiques de Washington à l’égard de Cuba doivent changer notamment dans le but de lutter contre la pandémie.

Soixante-six pour cent des personnes interrogées ont déclaré qu’elles soutenaient 'la levée du blocus par les législateurs pour que Cuba puisse fournir des traitements vitaux aux pays pauvres'.

L’appel international à mettre fin au siège des États-Unis contre Cuba sera de nouveau abordé le 23 juin à l’Assemblée Générale des Nations Unies, qui a déjà exprimé son rejet de ce mécanisme à 28 reprises.

peo/mgt/lb