Agence de Presse de l'Amérique Latine

Distorsion de l’initiative de vaccins Covax

Bruxelles, 23 juin (Prensa Latina) Les pays riches se sont comportés pire que dans les pires cauchemars, a dénoncé la revue scientifique The Lancet en se référant aux manipulations pour mener à l’échec le programme de vaccins Covax.

The Lancet a regretté qu’ 'une belle idée' comme l’initiative Covax, qui supposait la création d’un fonds d’immunisants contre le coronavirus SARS-CoV-2, ait été anéantie et a blâmé les pays riches pour cela, a signalé Russia Today.

L’initiative devait garantir l’équité et la solidarité dans la distribution des vaccins dans le monde entier, mais le programme a fini par devenir un mécanisme contrôlé par les nations riches pour déterminer à quel État les doses sont attribuées, a dénoncé la publication.

Covax est une initiative mondiale lancée en avril 2020 et dirigée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et deux groupes de défense des vaccins : la Fondation Gavi et la Coalition pour les innovations dans la préparation aux épidémies.

La revue affirme que le plan ambitieux de développement, d’achat et de livraison de vaccins dans un grand nombre de pays n’a jamais été réalisé, alors qu’il visait à garantir que les vaccins soient partagés équitablement entre toutes les nations.

Pour le chercheur Gavin Yamey de l’Université de Duke, aux États-Unis, qui a travaillé sur la conception de Covax, la belle idée, née de la solidarité, n’a malheureusement pas donné le fruit qu’elle était censée produire.

Le Dr Clemens Martin Auer, membre du Conseil d’administration de l’OMS, a déclaré que Covax avait tardé à conclure des accords sur les vaccins, tandis que Washington et certains des plus riches participants à ce mécanisme ont été accusés d’accaparer des doses de vaccins.

En Amérique latine, des pays comme Cuba, le Guatemala, l’Uruguay et le Venezuela ont également critiqué ouvertement le programme et son efficacité, a souligné The Lancet.

Jusqu’à présent, près de deux milliards de doses ont été distribuées dans le monde, mais l’initiative Covax n’a permis de distribuer que moins de quatre pour cent d’entre elles, a-t-il indiqué.

Le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a souligné que jusqu’à présent, seuls 10 pays ont administré 75 % du total des vaccins contre la Covid-19 dans le monde.

Covax a livré plus de 72 millions de doses à 125 pays. Mais c’est bien moins que les 172 millions qu’il aurait dû fournir à ce stade, a déclaré Guterres.

peo/msm/to