Agence de Presse de l'Amérique Latine

Critique en Colombie suite à une proposition de loi anti-émeute du gouvernement

Bogota, 1er juillet (Prensa Latina) De nombreuses personnes en Colombie critiquent depuis hier une proposition du président Iván Duque pour concevoir une nouvelle loi contre ceux qui commettent des actes de vandalisme et provoquent des émeutes lors de manifestations. 

Hier, le mandataire a invité le Congrès à élaborer une loi moderne anti-vandalisme et anti-émeute, dans le contexte des mobilisations antigouvernementales qui secouent le pays depuis deux mois.

Selon Duque, la réglementation empêcherait ceux qui encouragent ces pratiques de rester impunis en bafouant les droits des Colombiens.

Lors d’une cérémonie de promotion des officiers de la Police Nationale, il a manifesté qu’il doit y avoir en Colombie une discussion 'claire et responsable' pour que la citoyenneté fasse une distinction entre 'ce qui est et doit être la protestation pacifique'.

Il a souligné que le vandalisme, les émeutes et le terrorisme urbain sont les principaux ennemis de la manifestation pacifique.

Le sénateur de l’Alliance Verte Antonio Sanguino a déclaré que Duque annonçait la loi anti-émeute pour protéger légalement la répression violente contre les jeunes.

Il a affirmé que le dirigeant souffrait d’un 'sérieux problème mental et cognitif de connexion à la réalité'.

L’ancien ministre de l’Intérieur Juan Fernando Cristo a notamment rejoint Sanguino au sujet de la déconnexion du mandataire.

'Duque propose une loi anti-vandalisme et anti-émeute quand il croit qu’avec une loi et des peines il résout les graves problèmes qui ont provoqué une explosion sociale en Colombie. Quelle déconnexion! Absurde', a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Sur le même réseau social, l’organisation Memorias Colombia s’est demandé pourquoi le président proposait une nouvelle réglementation au lieu de faire appliquer à la force publique les dispositions existantes et le droit constitutionnel de protester.

La Colombie connaît une explosion sociale depuis le 28 avril dernier, lorsque des milliers de personnes sont descendues dans la rue contre une réforme néolibérale du gouvernement, depuis retirée.

Depuis lors, les manifestations persistent, de nouvelles journées de protestation sont annoncées malgré la répression policière continue contre les manifestants qui réclament, entre autres, la cessation des violations des droits de l’Homme, la mise en œuvre de l’Accord de paix, de l’emploi et la possibilité de poursuivre des études pour les jeunes.

Selon le dernier rapport de l’organisation non gouvernementale Temblores, entre le 28 avril et le 26 juin, la police a commis 4.687 actes de violence.

Le collectif documente 44 homicides dont les agresseurs présumés sont des membres de la force publique, 82 cas de lésions oculaires et 228 victimes de coups de feu, 28 victimes de violences sexuelles, 2.005 arrestations arbitraires, entre autres actions répressives.

peo/mem/otf