Agence de Presse de l'Amérique Latine

Financement étranger de la subversion à Cuba

La Havane, 21 juillet (Prensa Latina) Le site web Cuba Money Project a dénoncé aujourd’hui que l’Agence des États-Unis pour le développement international (Usaid) a ratifié son appel visant à financer des projets subversifs à Cuba. 

Selon la source, cette agence nord-américaine a suggéré d’adapter les nouvelles demandes de financement à des initiatives de 'soutien à la société civile locale et aux droits humains', face au nouveau contexte insulaire depuis le 11 juillet dernier, lorsque des troubles ont éclaté dans plusieurs lieux du pays et incités depuis l’étranger.

Le 30 juin dernier, l’Usaid a offert jusqu’à deux millions de dollars pour financer des projets de 'promotion de la démocratie' sur l’île, et a indiqué aux demandeurs d’identifier les besoins non reconnus et non satisfaits de la société civile cubaine dans sa quête de respect des droits de l’Homme et des valeurs démocratiques.

Ces groupes ou personnes doivent en outre présenter un dossier d’actions réalisées à titre de garantie pour décider des montants à accorder.

Récemment, le ministre des Affaires étrangères cubain, Bruno Rodriguez, a dénoncé le fait que les États-Unis dépensent des millions de dollars pour financer des ONG qui encouragent des campagnes de déstabilisation contre Cuba, sans le consentement du peuple étasunien.

Au cours des deux dernières décennies, cette puissance nord-américaine a consacré près de 250 millions de dollars à des programmes de subversion sur l’île, principalement par l’intermédiaire d’organisations telles que l’Udaid et la Fondation nationale pour la démocratie (NED).

Ce chiffre correspond à l’information publique que ces propres organisations nord-américaines rapportent sur leurs portails numériques, mais il est considéré comme partiel parce qu’il existe des programmes secrets sans destinataires connus.

Le gouvernement des États-Unis a sollicité 20 millions de dollars pour des 'programmes de démocratie' destinés à Cuba dans le cadre de son budget de 2022, le même financement que celui de l’année en cours.

Selon de nombreux experts, des forces au sein de l’administration actuelle freinent la révision annoncée des politiques à l’égard de la nation caribéenne et parient que la situation économique et sanitaire complexe conduira à un scénario de 'changement de régime' dans l’île.

peo/mem/evm