Agence de Presse de l'Amérique Latine

Díaz-Canel nie le soutien supposé des États-Unis au peuple cubain

La Havane, 23 juillet (Prensa Latina) Le président cubain Miguel Díaz-Canel a démenti aujourd'hui les déclarations du gouvernement des États-Unis, dans lesquelles il prétend aider le peuple de l'île, alors qu'en réalité il est responsable de ses difficultés économiques. 

 

Le président a déclaré sur son compte Twitter que le président des  Etats-Unis Joe Biden ne soutenait pas le peuple de la nation caribéenne mais qu'au contraire son administration gardait la politique à l’origine de la souffrance de millions de familles.

« Les mesures coercitives qui visent à faire capituler notre peuple par la faim et la nécessité ne mettront pas #CubaSoberana à genoux », a souligné le chef de l'État.

La veille,  Biden a publié un communiqué dans lequel il assurait soutenir les habitants de l'île antillaise. Or il n'a pas fait allusion au blocus économique, commercial et financier que son pays maintient depuis 60 ans contre Cuba, ce qui entraîne le besoin de ressources essentielles.

Il n'a pas non plus annoncé de mesures pour assouplir les 243 dispositions adoptées par son prédécesseur, Donald Trump (2017-2021), qui renforcent le siège unilatéral et asphyxient l'économie de la nation caribéenne.

En revanche, il a prévenu qu'il pourrait imposer davantage de sanctions, sous le prétexte des émeutes du 11 juillet, au cours desquelles, selon lui, il y a eu des abus de la part des autorités cubaines, bien que les vidéos publiées montrent des manifestants en train de vandaliser et d'attaquer les forces de l'ordre.

Le président étasunien  a réitéré ses "efforts" pour faciliter l'accès des Cubains à Internet, a mentionné qu'il étudiait la possibilité de reprendre l'envoi de fonds, afin qu'ils ne profitent pas au gouvernement et qu'il analysait également la réouverture des services consulaires à La Havane.

À cet égard, le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodríguez, a déclaré jeudi que les États-Unis mentent et calomnient leur politique en matière de transferts de fonds vers Cuba, et a affirmé que Biden a été erratique sur cette question et les détourne à des fins politiques.

Il a également rappelé que les services consulaires ont été interrompus avec la justification d'incidents sanitaires impliquant des diplomates nord-américains, alors que jusqu'à présent personne n'a pu prouver les causes ou qu'il s'agissait d'un acte provoqué. 

Rodríguez a qualifié de cruelle la décision d'obliger les citoyens cubains à se rendre dans des pays tiers pour présenter leurs procédures de regroupement familial et de migration dans les conditions de la pandémie et avec le coût élevé que cela représente.

jcc/mgt/kmg