Agence de Presse de l'Amérique Latine

Des leaders religieux réaffirment leur vocation au service de Cuba

La Havane, 8 août (Prensa Latina) Des leaders de la communauté religieuse cubaine ont réaffirmé leur vocation de service à la nation et leur volonté de dialoguer et de participer à la construction d’une société meilleure au cours d’un échange avec les dirigeants du pays. 

Lors d’une rencontre avec le président cubain, Miguel Diaz-Canel, le premier ministre, Manuel Marrero, et d’autres dirigeants du Parti communiste et du Gouvernement, des représentants de diverses confessions ont réaffirmé leur volonté d’être utiles dans les moments difficiles que traverse l’île.

C’est ce qu’a notamment exprimé la veille Carlos Ham, pasteur de l’Église presbytérienne réformée et recteur du Séminaire évangélique de théologie de Matanzas, institution qui fonctionne comme extension de l’hôpital pédiatrique de cette province occidentale face à l’augmentation des cas de Covid-19 sur ce territoire.

Diaz-Canel, pour sa part, a commenté que la nation caribéenne a besoin de renforcer le suivi et les soins dans les quartiers et qu’elle compte sur la collaboration de la communauté de foi, ses connaissances sur l’éducation populaire, ainsi que ses expériences accumulées dans les projets développés localement.

Le coordinateur exécutif du Centre Mémorial Martin Luther King, Joel Suárez Rodés, a demandé à être convoqué plus souvent, surtout en ce qui concerne le travail et les politiques sociales pour l’attention à la vulnérabilité des personnes.

Plusieurs participants sont convenus de l’importance de comprendre que la société cubaine est diverse, complexe et plurielle, avec une multitude d’acteurs, d’où l’importance de rechercher des voies de dialogue, de ne pas stigmatiser les positions et de guérir ensemble les plaies qui existent.

De nombreux sujets restent à traiter pour obtenir véritablement la transformation que demande la nation, a déclaré le secrétaire exécutif du Conseil des Églises de Cuba, Joel Ortega, qui a cité l’autocritique nécessaire et la rectification d’erreurs.

Tout comme la révision profonde des méthodes et des styles de travail qui vont à l’encontre de la volonté de servir le peuple, la lutte contre la bureaucratie, les obstacles et l’insensibilité de certains qui font tant de mal.

Le président a déclaré que l’échange est le premier d’autres qui se dérouleront à l’avenir, puis il a remercié la condamnation du blocus économique des États-Unis faite par les leaders des organisations religieuses et des associations fraternelles sur la scène nationale et internationale, ainsi que la défense de Cuba devant leurs églises homologues dans le monde.

Diaz-Canel a également annoncé la décision de créer au sein du Gouvernement un bureau chargé des questions relatives aux institutions religieuses, ce qui contribuera grandement à trouver des solutions aux difficultés actuelles.

peo/jcm/kmg/cvl