Agence de Presse de l'Amérique Latine

Les États-Unis punissent Cuba pour sa résistance, affirme un historien de l'université Johns Hopkins

Washington, 9 août (Prensa Latina) Les États-Unis tentent de punir Cuba pour avoir résisté jusqu’à aujourd’hui à leur hégémonie mondiale et pour avoir mené une politique étrangère anti-impérialiste qui leur déplaît, a déclaré Piero Gleijeses, professeur à l’Université Johns Hopkins. 

L’historien et écrivain a déclaré dans une longue interview reproduite par le site numérique The GrayZone que les sanctions imposées par Washington à La Havane n’ont aucune justification et que celles datant de l’époque de la Guerre froide visaient à punir l’île pour sa politique extérieur.

'Il y a des sanctions vindicatives de la part d’un pays qui a souvent été défait par la Cuba de Fidel Castro en politique étrangère', a déclaré Gleijeses en critiquant la pratique historique des États-Unis d’utiliser la force et de renverser tout gouvernement qui représenterait un défi dans l’hémisphère.

'Cependant, nous avons ici un gouvernement (à Cuba) qui a affronté les États-Unis et a été capable de survivre', a commenté l’auteur de livres comme Missions en conflit : La Havane, Washington et l’Afrique 1959-1976.

Il a assuré que la défaite subie par les États-Unis lors de l’invasion mercenaire à Playa Girón en avril 1961 « a été une humiliation pour l’administration (de l’ancien président John) Kennedy, mais la survie même de la Révolution cubaine a été une offense et une insulte ».

Gleijeses a précisé que, grâce à sa politique étrangère anti-impérialiste, Cuba a aidé à mettre fin à l’apartheid en Afrique du Sud et à soutenir des mouvements de libération dans le monde.

Il a également souligné le travail des missions médicales cubaines depuis les années 60, qui 'ont augmenté la sympathie pour Cuba. Elles étaient les ambassadrices de Cuba. Et, évidemment, l’assistance médicale était la partie la plus efficace de l’aide humanitaire cubaine dans le tiers monde'.

Il a également évoqué la création, sur l’idée du leader de la Révolution cubaine Fidel Castro, de l’École latino-américaine de médecine, une université médicale pour les étudiants pauvres d’autres pays qui se forment sur l’île, ce qu’il a qualifié d’espoir pour de peuples.

À cet égard, il a souligné que Cuba a remporté d’immenses victoires dans le domaine de la médecine et de l’éducation et que même les rapports de la Banque mondiale parlent très bien de ce que l’île a fait pour son peuple en matière de santé.

Maintenant, Cuba est dans une situation dramatique parce qu’elle compte toujours de très bons médecins, mais les médicaments sont rares et il y a des problèmes d’équipement, a-t-il souligné en précisant combien il est difficile de conserver les acquis et la dignité de la Révolution cubaine, 'sans tomber entre les mains de Miami, essentiellement'.

peo/ga/dfm