Agence de Presse de l'Amérique Latine

Les États-Unis promettent à Cuba ce qu’ils lui interdisent, affirment un journaliste espagnol

Madrid, 11 août (Prensa Latina) Internet, vaccins et envois de fonds à Cuba : les États-Unis promettent ce qu’ils interdisent, titre aujourd’hui le journaliste José Manzaneda, coordinateur d’un média numérique alternatif depuis le Pays Basque espagnol. 

Manzaneda, de Cubainformación, estime qu’il s’agit d’un titre qui reflète l’impudence sans bornes avec laquelle le gouvernement des États-Unis agit contre Cuba et la connivence que lui rend la presse internationale.

Quant aux promesses et souhaits de Joe Biden, le journaliste questionne : « des vaccins ? », en soulignant que Cuba dispose de suffisamment de vaccins propres contre la Covid-19 et développe actuellement un processus de vaccination massive, ralenti par le manque de seringues et de fournitures médicales en raison du blocus économique imposé par les États-Unis.

Au sujet de l’Internet, il signale qu’est actuellement à l’étude aux États-Unis l’installation de ballons Wi-Fi pour éviter des interruptions de ce service sur l’île, précisant que c’est ce que proposent les propres personnes qui imposent le blocus technologique à Cuba, y compris les services Internet.

Si nous regardons la carte des câbles de fibre optique des Caraïbes, nous voyons que seulement deux arrivent à Cuba : celui qui part du Venezuela et qui est le seul à desservir réellement l’île depuis à peine huit ans ; puis celui de la base navale des États-Unis à Guantanamo, a-t-il expliqué.

Les lois du blocus empêchent la connexion de l’île aux autres cables, ce qui a retardé le développement d’Internet à Cuba. Malgré cela, la connectivité est aujourd’hui de 64 pour cent dans l’île, selon l’agence britannique 'We Are Social', a-t-il ajouté.

Par ailleurs, une lettre ouverte sous le titre de Coopération ou Blocus a été publiée aujourd’hui dans El Correo, quotidien du groupe Vocento et au plus grand tirage de la province de Bizkaia (Pays Basque).

peo/mem/ft