Agence de Presse de l'Amérique Latine

Efficacité élevée des candidats-vaccins cubains anti-Covid-19

La Havane, 12 août (Prensa Latina) Malgré la situation épidémiologique complexe à Cuba due à la propagation de variantes plus transmissibles du virus à l'origine de la pandémie de Covid-19, les propositions de vaccination du pays s'avèrent très efficaces. 

C'est ce qu'ont déclaré le docteur en sciences Gerardo Guillen, directeur de la recherche biomédicale du Centre d'ingénierie génétique et de biotechnologie (CIGB), et le vice-président de la Société cubaine d'hygiène et d'épidémiologie, Pedro Mas Bermejo, lors de l'émission télévisée Mesa Redonda (Table ronde).

Selon le docteur en sciences Gerardo Guillen, directeur de la recherche biomédicale du Centre d'ingénierie génétique et de biotechnologie (CIGB), "tous les vaccins, y compris le nôtre (celui de Cuba), sont plus efficaces contre la variante delta que contre la variante bêta.

Il a rappelé que lors du développement des essais cliniques avec les propositions anti-Covid-19 Soberana 02 et Abdala, respectivement à La Havane et à Santiago de Cuba, la variante bêta était présente.

Le Dr Guillén a expliqué que la variante delta, qui prédomine à Cuba et dans plusieurs autres pays, se propage deux à trois fois plus vite, de sorte que davantage de personnes sont infectées. « Lorsque la charge virale est plus importante, la maladie se transmet plus facilement", a-t-il déclaré.

Il a toutefois souligné que la charge virale chez les personnes vaccinées disparaît plus rapidement, contrairement à celles qui n'ont pas été vaccinées.

En outre, la maladie a moins de chances d'évoluer vers la sévérité et la gravité. Par exemple, il existe des cas de personnes âgées présentant des comorbidités, mais vaccinées, qui sont infectées et transmettent la maladie avec des symptômes catarrhaux légers.

Le vice-président de la Société cubaine d'hygiène et d'épidémiologie a ajouté que le vaccin visait à réduire le nombre de décès, de cas graves et critiques, le nombre de patients dans les unités de soins intensifs, les hospitalisations, puis le taux d'incidence.

Les données montrent que le taux d'incidence est plus faible dans les quatre premières municipalités de la capitale où le processus d'intervention sanitaire a commencé.

jcc/msm/rbp/cvl