Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le ministre britannique de la Défense accuse les États-Unis d’être responsables de la situation en Afghanistan

Londres, 13 août (Prensa Latina) Le ministre britannique de la Défense, Ben Wallace, a accusé aujourd’hui les États-Unis d’être responsables de la situation en Afghanistan, où les talibans menacent de prendre le pouvoir après le retrait des troupes de l’OTAN. 

Dans des déclarations à la chaîne Sky News, Wallace a notamment critiqué l’accord 'pourri' signé en 2020 par le président nord-américain de l’époque, Donald Trump, et les insurgés afghans qui a scellé le départ en 14 mois de tous les soldats de la coalition internationale.

Au moment où Trump a signé l’accord, j’ai dit que c’était une erreur de le faire de cette manière, et que nous tous, en tant que membres de la communauté internationale, en paierions les conséquences, a déclaré le ministre britannique.

À quelques semaines de l’achèvement du retrait des forces étrangères menées par les États-Unis après 20 ans d’occupation, les talibans contrôlent plus des deux tiers du pays et menacent les forces gouvernementales dans plusieurs capitales de province.

Selon de récents rapports, le groupe extrémiste aurait pris la ville de Kandahar dans les dernières heures, et d’ici trois mois il pourrait prendre le contrôle total du pays.

La veille, le gouvernement britannique, qui a déjà achevé le retrait de ses troupes d’Afghanistan, a annoncé l’envoi de 600 soldats pour soutenir le personnel diplomatique britannique et les collaborateurs afghans.

Interrogé à ce sujet, Wallace a assuré que le déploiement des militaires britanniques était prévu depuis longtemps dans le cadre de l’opération de retrait et a nié qu’il s’agisse d’une décision de dernière minute.

Le ministre de la Défense n’a cependant pas exclu que les troupes britanniques retournent en Afghanistan si les talibans accueillent à nouveau l’organisation terroriste Al-Qaïda et deviennent une menace pour l’Occident.

peo/mem/nm