Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le HCR dénonce des expulsions de migrants des États-Unis vers le Mexique

Mexico, 13 août (Prensa Latina) La représentation de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est déclarée préoccupée par la nouvelle pratique des États-Unis consistant à transporter par avion des migrants vers le sud du Mexique. 

Dans un communiqué de presse, il est indiqué que les États-Unis ont expulsés ces migrants en application de l’ordonnance de santé publique relative à la Covid-19, connue sous le titre 42.

Il est souligné que, de ce fait, les personnes ou les familles ayant des besoins urgents de protection risquent d’être ramenées aux mêmes dangers que ceux qu’ils ont fui dans leur pays d’origine en Amérique centrale, et ce sans avoir la possibilité d’évaluer leurs besoins et la possibilité d’y répondre.

Par ailleurs, le Collectif d’observation et de surveillance des droits de l’Homme dans le sud-est du Mexique a documenté l’arrivée dans la ville de Tapachula, au Chiapas, d’un vol quotidien en provenance de McAllen, au Texas, qui transporte des Guatémaltèques, des Honduriens et des Salvadoriens expulsés sous ce titre 42.

Il ajoute qu’au cours des deux premiers jours de cette semaine, des personnes, principalement des femmes et des familles avec enfants, ont été transportées de Tapachula par autobus vers l’Institut national des migrations vers Talisman, à la frontière avec le Guatemala.

Face à cette situation, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance, le Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme, l’ONU Femmes et l’Organisation internationale pour les migrations ont déclaré dans un autre communiqué conjoint que l’application du titre 42 place des milliers de Mexicains, de personnes originaires d’Amérique centrale et d’autres nationalités dans une situation critique.

Ils ont noté que la capacité d’accueil des abris de la société civile le long de la frontière était dépassée et qu’il fallait renforcer la réponse des institutions locales pour faire face à cette situation humanitaire délicate.

peo/mgt/Lma