Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le mois de juillet a été le plus chaud jamais enregistré depuis 142 ans

Washington, 16 août (Prensa Latina) Depuis le début des relevés climatiques en 1880, juillet 2021 a été le mois le plus chaud à l'échelle mondiale, a-t-on appris aujourd'hui.

Selon les données publiées par l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique des États-Unis, la température globale combinée de la surface des terres et des océans était de 0,93 degré Celsius supérieure à la moyenne du 20e siècle, qui est de 15,8 degrés.

C'est un dixième de degré de plus que le précédent record établi en juillet 2016, qui a ensuite été égalé en 2019 et 2020, faisant de juillet 2021 le mois de juillet le plus chaud jamais enregistré depuis 142 ans, selon le rapport.

Il a également indiqué que dans l'hémisphère nord de la planète, la température à la seule surface de la Terre a été la plus élevée jamais enregistrée, avec 1,54 degré Celsius au-dessus de la moyenne, dépassant le précédent record établi en 2012.

En outre, la couverture de glace de mer de l'Arctique en juillet 2021 était la quatrième plus petite en 43 ans, selon une analyse du Centre national des données sur la neige et la glace des États-Unis (lien externe). Seuls les mois de juillet 2012, 2019 et 2020 présentaient une ampleur moindre.

Ces données pourraient placer l'année 2021 parmi les 10 années les plus chaudes jamais enregistrées au niveau mondial, selon le Global Annual Temperature Rankings Outlook.

Récemment, selon une étude rendue  publique dans la revue Science Advances, la Terre pourrait devenir plus volatile à mesure que les températures continuent d'augmenter en raison du réchauffement climatique.

Des scientifiques du Massachusetts Institute of Technology (MIT), aux États-Unis, ont examiné les 66 derniers millions d'années de l'ère cénozoïque, qui a commencé peu après l'extinction des dinosaures, et ont constaté un biais de réchauffement dans les fluctuations climatiques.

Cette découverte a confirmé l'existence d'un plus grand nombre d'épisodes de réchauffement sur des milliers d'années que d'épisodes de refroidissement, en raison de la libération de dioxyde de carbone dans l'atmosphère par les volcans, entre autres facteurs, indique le texte.

jcc/mem/cdg