Agence de Presse de l'Amérique Latine

L’Unicef soutient la décision du Mexique quant à la reprise scolaire

Mexique, 19 août (Prensa Latina) Le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef) et le Ministère de l’Éducation publique du Mexique ont convenu de créer une équipe de travail visant à définir les lignes directrices de la reprise scolaire présentielle. 

Dans un communiqué conjoint, le représentant de l’Unicef, Luis Fernando Carrera Castro, et la ministre de l’Éducation, Delfina Gómez, réaffirment que les activités scolaires en face-à-face seront reprises au cours de ce cycle 2021-2022.

Ils indiquent par ailleurs que le travail conjoint des deux institutions se déroulera dans quatre domaines fondamentaux, le premier étant l’évaluation des aspects techniques pédagogiques de l’enseignement de base, de l’enseignement secondaire supérieur et de l’enseignement supérieur.

Les autres domaines concerneront la révision des protocoles sanitaires, en coordination avec le Ministère de la Santé, l’élaboration d’un modèle de communication intersectorielle et la systématisation et le suivi des informations relatives au retour des élèves du système éducatif national.

Ce processus, ont-ils annoncé, donnera à la population des certitudes quant à la viabilité du retour dans les établissements scolaires et la sécurité des étudiants, des enseignants, des parents et des tuteurs.

Lors d’une réunion préalable, la ministre a réitéré son engagement à garantir l’accès aux services éducatifs à tous les niveaux et a estimé que l’inclusion des observations de l’Unicef renforce la confiance des communautés scolaires dans les dispositions assumées.

Pour sa part, le représentant de l’agence de l’ONU a insisté sur l’urgence du retour en classe et sur la nécessité de s’occuper de toute une génération d’élèves qui risquent de perdre un processus de développement personnel et éducatif.

Il a assuré que les élèves avaient besoin de poursuivre leur apprentissage et de retrouver un espace de socialisation, de jeu et de convivialité.

Tous deux ont reconnu le niveau d’adaptation des enseignants au modèle d’enseignement à distance et la participation des familles au processus d’enseignement et d’apprentissage depuis le début de la pandémie.

Pour sa part, la Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH) a déclaré que le retour aux activités présentielle doit s’accompagner d’un plan d’action et d’une stratégie globale garantissant la santé de chacun et conduisant à une éducation de meilleure qualité.

Elle s’est par ailleurs déclarée préoccupée par les effets négatifs que les mesures d’urgence sanitaire pouvaient avoir sur l’exercice des droits des enfants et des adolescents et sur leur bien-être physique et affectif.

peo/msm/Lma