Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le premier ministre israélien rejette la création d’un État palestinien

Tel-Aviv, 25 août (Prensa Latina) Le premier ministre israélien, Naftalí Bennett, a aujourd’hui reconnu pour la première fois depuis son entrée en fonction en juin dernier qu’il ne soutiendrait jamais la création d’un État palestinien et a avancé la poursuite de la colonisation de la Cisjordanie. 

Dans une interview publiée par le quotidien nord-américain The New York Times, et reprise par la presse nationale, le chef du gouvernement a également rejeté un accord de paix avec les Palestiniens, bien que ceux-ci aient à plusieurs reprises tendu la main à Tel-Aviv.

Connu pour ses positions de droite et ultranationalistes, le chef du parti Yamina a estimé qu’il n’y aurait pas de solution au conflit dans un avenir prévisible.

'Ce gouvernement ne va pas annexer (de terres en Cisjordanie) ni former un État palestinien, tout le monde le sait', a souligné le politicien présent à Washington, où il se trouve pour rencontrer le président nord-américain, Joe Biden.

Bien qu’il ait annoncé qu’il n’envisageait pas d’annexer des parties de ce territoire, comme l’a tenté son prédécesseur, Benjamin Nétanyahou, il a avancé qu’il maintiendrait la politique de croissance naturelle des colonies juives, une stratégie critiquée par la communauté internationale qui réclame l’évacuation de ces colonies.

Cette semaine, la ministre de l’Intérieur et numéro deux de Yamina (alliance de partis de droite), Ayelet Shaked, a assuré que ce groupe quitterait le gouvernement de coalition si le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid plaidait pour la création d’un État palestinien lorsqu’il remplacerait Bennett.

'Il n’y aura pas d’État palestinien dans un gouvernement duquel nous (Yamina) ferons partie', a-t-elle affirmé.

Le ministre des Affaires étrangères a laissé la porte ouverte à cette possibilité une fois au pouvoir.

Dans le cadre de l’accord de coalition, le chef de Yamina sera remplacé en 2023 par Lapid, qui dirige la formation Bleu et Blanc.

Selon les données officielles palestiniennes, les autorités de Tel-Aviv ont construit plus de 31 000 logements dans les 144 colonies situées en Cisjordanie et à Jérusalem-Est depuis 2004 et ont construit 139 postes avancés supplémentaires pour de futures colonies.

Par ailleurs, le nombre de colons est passé de 415 000 il y a 17 ans à 660 000 en 2019, malgré le rejet de la communauté internationale et des résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU.

peo/ga/rob/gdc