Agence de Presse de l'Amérique Latine

L’AIEA reconnaît le travail de scientifiques cubains

Vienne, 25 août (Prensa Latina) L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a reconnu aujourd’hui le travail de scientifiques cubains dans l’utilisation de l’irradiation et de la biotechnologie pour développer de nouvelles variétés de cultures résistantes aux conditions extrêmes du changement climatique. 

Les tomates et le soja sont appréciés dans les cuisines du monde entier, et leur demande ne cesse de croître. Vous êtes-vous déjà demandé comment les agriculteurs ont pu satisfaire cette demande et quel rôle les techniques nucléaires y jouent?, a questionné l’AIEA dans un article.

L’Institut National des Sciences Agricoles de Cuba (INCA, pour ses sigles en espagnol) met en œuvre des programmes d’amélioration utilisant l’irradiation et la biotechnologie pour développer de nouvelles variétés qui peuvent mieux faire face aux conditions extrêmes imposées par le changement climatique lors de leur croissance, a souligné l’organisme des Nations Unies.

Pour ce faire, l’INCA a bénéficié de l’aide de l’AIEA, en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

À la suite de ces travaux, de nouvelles variétés améliorées de tomates et de soja (Girón 50 et Cuvin 22) ont été récoltées avec succès en mai dernier dans un domaine de recherche expérimental, a constaté l’agence.

Elles seront distribués aux agriculteurs, avec les 21 autres variétés développées précédemment par l’Institut dans un large éventail de cultures comme le riz, les haricots verts et autres, a-t-il déclaré.

Les nouvelles variétés ont obtenu une licence nationale cette année et ont ensuite été enregistrées dans la base de données mondiale gérée par le Centre commun FAO/AIEA des techniques nucléaires pour l’alimentation et l’agriculture.

'Depuis 2009, nous avons offert un moyen de développer de nouvelles variétés de cultures résistantes au climat', a déclaré Fatma Sarsu, du Centre conjoint FAO/AIEA des techniques nucléaires dans l’alimentation et l’agriculture.

Le changement climatique expose de plus en plus les plantes à des conditions climatiques extrêmes, ce qui conduit à une utilisation accrue d’engrais et de pesticides chimiques nocifs pour l’environnement, a indiqué l’organisation.

Les Cubains recherchent l’amélioration des cultures comme une solution alternative, plus durable du point de vue environnemental, et utilisent donc des techniques nucléaires et isotopiques pour induire une nouvelle variation génétique afin d’améliorer le rendement des cultures.

En utilisant des techniques isotopiques pour améliorer les engrais biologiques, les chercheurs de l’île peuvent maintenant augmenter la production de soja de haute qualité cultivée pour la rendre riche en fer, protéines et huile.

peo/oda/to