Agence de Presse de l'Amérique Latine

Bolsonaro invite les brésiliens à s’acheter un fusil

Brasilia, 28 août (Prensa Latina) Sans mesurer les conséquences, Jair Bolsonaro a encouragé hier tout le monde au Brésil à s’acheter un fusil lors d’une rencontre avec des partisans à l’extérieur du Palais de l’Alvorada, la résidence officielle de la présidence. 

Selon l’ex-militaire, enclin à armer jusqu’aux dents la population, ceux qui refusent cette mesure devraient cesser de déranger ceux qui achètent des armes.

En un clin d’œil à sa politique d’armement, Bolsonaro a ainsi défendu ce jeudi le port et la possession de matériel de guerre pour ses concitoyens.

L’ancien militaire s’est moqué des articles de presse selon lesquels le nombre d’acquisition d’appareils de guerre doublait d’année en année.

En contestant les chiffres, il a déclaré, également devant ses partisans, qu’il espérait que les ventes soient multiplier par cinq.

Il a estimé qu’alors que 'les bandits s’arment de fusils automatiques à Rio de Janeiro, la presse ne dit rien..., c’est génial. Mais quand les bons citoyens achètent des armes, les gens critiquent ».

Une enquête réalisée par le Forum brésilien de la sécurité publique dans l’Annuaire de la sécurité publique 2021 sur les armes à feu pour l’année précédente montre que le Brésil vit une véritable course aux armements.

En décembre 2020, le pays comptait deux millions 77 mille 126 armes dans des arsenaux privés, y compris les catégories spéciales de tireurs, chasseurs et collectionneurs, et les équipes privées de sécurité.

Selon l’enquête, pour 100 Brésiliens il y a au moins une arme privée disponible.

Les chiffres présentés dans cet annuaire attirent l’attention sur l’augmentation importante du nombre d’armes mises en circulation et dans les mains de particuliers et sur la rapidité du phénomène.

En février, Bolsonaro a modifié quatre décrets fédéraux dans le but de minimiser les démarches et d’élargir l’accès aux armes et munitions.

peo/mem/ocs