Agence de Presse de l'Amérique Latine

Nouvelle caravane pour les États-Unis des Haïtiens du Mexique

Mexique, 4 septembre  (Prensa Latina) Des migrants haïtiens repoussés à trois reprises ont quitté Tapachula en caravane aujourd'hui dans une quatrième tentative d'atteindre la frontière nord-américaine en passant par le territoire mexicain.

Face aux avertissements du gouvernement, les porte-parole ont affirmé qu'ils pourraient être arrêtés en route, mais qu'il n’avait pas d'autre option.

Ils sont au Mexique depuis le mois de mai, soit presque un an, et les économies qu'ils ont réalisées en travaillant au Chili ou au Brésil sont sur le point de s'épuiser.

Selon leurs porte-parole, cette décision a été prise en l'absence de réponse des autorités migratoires mexicaines à leurs demandes de papiers, ce qui les a bloqués pendant près d'un an au Chiapas, sans accès à la nourriture, aux soins médicaux ou à un endroit où passer la nuit.

Une caravane similaire à celle qu'ils ont organisée ce samedi a été dissoute jeudi et ne représentait qu'une fraction de la communauté haïtienne installée dans cette ville à la frontière sud du pays.

Leur situation à Tapachula est difficile. Les personnes sans ressources, soit l’écrasante  majorité, vivent au jour le jour.

Ils expliquent que « rares sont ceux qui travaillent à balayer les rues de la ville, embauchés de façon temporaire par la municipalité car ils sont payés un peu moins de 200 pesos par jour, ce qui ne suffit pas à payer un endroit pour dormir et acheter de la nourriture pour la famille.

Le centre ville est également devenu leur zone de chalandise. Des dizaines d'hommes se promènent avec des bouteilles d'eau ou des puces de téléphone portable, qu'ils vendent à leurs compatriotes ou à quiconque leur achète, selon les habitants de Tapachula.

jcc/ga/lma