Agence de Presse de l'Amérique Latine

Celac : Réponse remarquable de Cuba et du Venezuela au président uruguayen

Par Luis Manuel Arce Isaac

Mexique, 21 septembre (Prensa Latina) Un événement remarquable du 6e Sommet de la Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes (Celac) au Mexique a été la réponse des présidents de Cuba, Miguel Díaz-Canel, et du Venezuela, Nicolás Maduro, à Luis Lacalle de l'Uruguay.

La réunion s'est déroulée sur les rails d'un pragmatisme désidéologisé tel que ses hôtes l'avaient conçu, compte tenu de la diversité de pensée des dirigeants de la région et de l'objectif d'unité pour affronter en collaboration de graves problèmes communs.

Ainsi, l'appel a été lancé en faveur d'un dialogue aussi éloigné que possible de la rhétorique de la guerre froide parrainée par Washington, centré sur l'établissement de nouvelles relations de voisinage sans exclusions, pas même des États-Unis, et bannissant tout vestige de la doctrine Monroe.

Cela signifiait, en pratique, la création d'un nouveau paradigme dans l'interlocution entre le sud du continent et le nord, dans lequel des institutions telles que l'Organisation des États américains (OEA) n'avaient pas leur place.

Cet esprit d'inclusion a mené les présidents colombien et chilien, Iván Duque et Sebastián Piñera, ouvertement néolibéraux, à s'exclure volontairement du sommet, principalement pour se désolidariser des 44 points de la déclaration de Mexico, constituant la clé du forum. Le Brésil l'a fait beaucoup plus tôt.

Après que la plupart des présidents se soient exprimés dans l'ordre alphabétique au nom de leur pays, il revenait à Mario Abdo du Paraguay et à Luis Lacalle de l'Uruguay d'insérer les épines avec lesquelles ils avaient vainement tenté de faire dérailler le sommet.

Les attaques visaient Cuba, le Nicaragua et le Venezuela, tout à fait les pays qui gênent le plus les gouvernements de Donald Trump et de Joe Biden. C’est une gymnastique grossière et provocante de mauvais goût qui a mis à nu la mentalité rétrograde des uns et des autres.

Les réponses énergiques, brèves et concises de Maduro d'abord, et de Díaz-Canel ensuite, ont été le mur où se sont effondrées les tentatives de saper la réunion, de diviser et de détourner les participants des objectifs de la réunion résumés dans la déclaration finale.

Les défis lancés par Maduro et Díaz-Canel pour discuter publiquement, sous les yeux de l'Amérique latine et du monde, de leurs accusations contre l'un ou l'autre pays, n'ont rien fait pour les rendre belliqueux, mais les ont plutôt ridiculisés lorsqu'ils ont montré une série d'actions antidémocratiques, pro-coup d'État et pro-Washington de l'OEA, ce qu'ils ont essayé de défendre à la Celac.

Ce qu'il faut retenir de cette escarmouche, c'est qu'elle n'a pas empêché l'approbation de tous les documents présentés, en particulier la déclaration de Mexico montrant le rôle de la Celac en tant que mécanisme de consultation, d'unité et de dialogue politique.

Ses 44 points résument les liens historiques, les principes et valeurs partagés avec les États-Unis, la confiance mutuelle, le respect des différences, la nécessité de relever les défis communs et de progresser vers l'unité dans la diversité sur la base d'un consensus régional. Dit autrement, tous les éléments d'unité qui font tant défaut à Notre Amérique, comme l’avait baptisé le héros national cubain, José Martí.

Elle comprend un engagement en faveur de la construction d'un ordre international plus juste, plus inclusif, plus équitable et plus harmonieux fondé sur le respect du droit international et des principes de la Charte des Nations unies.

Ils incluent  l'égalité souveraine des États, le règlement pacifique des différends, la coopération internationale pour le développement, le respect de l'intégrité territoriale et la non-intervention dans les affaires intérieures des États étant parmi les aspects que la Maison Blanche méprise fortement.

La déclaration de Mexico devrait être une cause de réflexion et d'analyse universelle et pas seulement une question des peuples des 33 pays souscripteurs.

La réalisation d'un équilibre politique au sein d'une diversité idéologique où règnent la coopération et le respect de la souveraineté et du droit international est la responsabilité de tous ceux qui aspirent à une démocratie, une paix et une sécurité véritables.

Les déclarations spéciales du sommet exhortant le président Biden à modifier substantiellement sa politique de blocus à l'égard de Cuba, et la création d'un fonds contre les catastrophes naturelles comme expression morale de l'intérêt à effacer les différences entre riches et pauvres, sont la preuve de l'objectif démocratique et pluraliste du sommet.

Le fait que ceux qui n'aiment pas l'Amérique latine et les Caraïbes n'aient pas réussi à faire dévier le 6e sommet de la Celac donne une signification singulière aux réponses de Díaz-Canel et de Maduro à ces politiciens déconnectés de la réalité de l'Uruguay et du Paraguay, et confère un caractère historique à cette réunion sous les auspices du Mexique.

jcc/ga/lma