Agence de Presse de l'Amérique Latine

La migration continuera tant que la majorité vit dans la pauvreté, a déclaré Haïti à l’ONU

Nations Unies, 25 septembre (Prensa Latina) Le gouvernement haïtien a assuré aujourd’hui devant l’ONU que la migration se poursuivra tant que la majorité de la population mondiale vit dans la pauvreté et a critiqué Washington pour le traitement de ses compatriotes.

Dans une intervention préenregistrée, le Premier ministre Ariel Henry a affirmé que les pères et les mères chercheront toujours à trouver de meilleures conditions de vie pour leurs enfants et a rappelé que de nombreux pays prospères ont été construits grâce à des vagues successives de migrants et de réfugiés.

Sans parler directement des États-Unis, celui qui est également neurochirurgien, et qui intervient pour la première fois à l’Assemblée générale des Nations unies, a critiqué le traitement infligé à ses compatriotes à la frontière de ce pays avec le Mexique et qui a "laissé tout le monde en état de choc".

Il a également rappelé l’importance de respecter les droits, "sans remettre en cause le droit d’un État souverain de contrôler l’accès des étrangers à son territoire, ou de renvoyer ceux qui entrent illégalement dans leur pays d’origine".

À cet égard, il a encouragé toutes les nations à œuvrer de concert pour améliorer les conditions de vie dans les zones d’origine des migrants, en tant que solution réelle à la situation des déplacements.

Henry a reconnu la crise que traverse Haïti et a souligné qu’elle ne peut être surmontée que par un dialogue garantissant la stabilité sociopolitique.

Dans son allocution, il a souligné le mauvais fonctionnement des institutions de l’État et la nécessité d’organiser des élections justes, transparentes et ouvertes à tous afin d’assurer le renouvellement des acteurs politiques.

Le Premier ministre a pris ses fonctions il y a un peu plus de deux mois, après l'assassinat du président Jovenel Moïse, le 7 juillet dernier, et s’est engagé à traduire les responsables en justice, au milieu des critiques internes pour son implication présumée dans le crime.

Henry a officiellement demandé à l’ONU une coopération judiciaire internationale pour enquêter sur ce crime, qu’il a qualifié de transnational, pour impliquer des sujets de plusieurs nationalités.

"L’enquête judiciaire en cours est difficile, il s’agit d’un crime transnational et c’est pourquoi nous demandons officiellement une coopération judiciaire internationale. C’est une priorité pour mon gouvernement et pour toute la nation", a déclaré le Premier ministre.

peo/npg/Ane