Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le Venezuela rejette l'ingérence d'un diplomate nord-américain dans le dialogue national

Caracas, 25 septembre (Prensa Latina) La vice-présidente du Venezuela, Delcy Rodriguez, a rejeté hier la posture du diplomate nord-américain James Story concernant la table de dialogue entre le gouvernement bolivarien et la plate-forme unitaire de l’opposition.

Dans un message publié sur le réseau social Twitter, la vice-présidente a remis en question les prétentions du fonctionnaire nord-américain visant à donner des ordres à la partie adverse sur la manière d’aborder les négociations avec l’exécutif de Nicolas Maduro.

'Il (Story) représente un projet qui a échoué, qui a mordu la poussière de la défaite sur nos terres', a souligné Rodriguez sur la plate-forme communicationnelle.

Dans une émission diffusée sur les réseaux sociaux, l’ambassadeur désigné par les États-Unis pour le Venezuela, résidant en Colombie, a demandé à l’opposition d’aborder la question d’une réforme judiciaire drastique dans le pays sud-américain lors de la suite de la table de dialogue, entamée le 13 août dernier au Mexique.

À cet égard, le président de l’Assemblée nationale (Parlement) du Venezuela, Jorge Rodriguez, a affirmé que les déclarations de Story insultent le processus de concertation et surtout les délégués de l’opposition, "à qui il semble donner des ordres".

'Le gouvernement bolivarien n’acceptera jamais un programme que tente d’imposer ce personnage', a déclaré celui qui est également le chef de la délégation gouvernementale lors des pourparlers.

Le 13 août dernier, l’exécutif vénézuélien et la branche la plus radicale de l’opposition ont signé un mémorandum d’accord pour lancer un nouveau cycle de pourparlers en faveur de la stabilité politique et de la coexistence pacifique dans la nation sud-américaine.

Avec la médiation de la Norvège, les négociations visent à conclure des accords dans le domaine des droits politiques, des garanties électorales et un calendrier pour des élections observables.

De même, l’ordre du jour du processus de dialogue comprend la levée des mesures coercitives unilatérales contre le Venezuela, la restauration du droit sur les actifs de la nation, la renonciation à la violence et la réponse à ses victimes, ainsi que des garanties de mise en œuvre, suivi et vérification de ce qui a été convenu.

peo/npg/Wup