Agence de Presse de l'Amérique Latine

La dirigeante de Huawei arrêtée depuis 2018 au Canada en route pour la Chine

Beijing, 25 septembre (Prensa Latina) La directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, se rend aujourd’hui en Chine après avoir obtenu un accord judiciaire qui lui a permis de mettre fin à l’assignation à résidence de près de trois ans au Canada suite à des accusations de fraude de la part des États-Unis.

La directrice, fille du propriétaire de la société, Ren Zhengfei, est parvenue la veille à un accord avec le Département nord-américain de la Justice, qui a retiré la demande d’extradition à son encontre, tout en assurant continuer à poursuivre le géant technologique chinois.

'En acceptant l’accord de report judiciaire, Mme Meng assume sa responsabilité dans un système visant à frauder une institution financière mondiale', a déclaré la procureur Nicole Boeckmann, en référence aux allégations selon lesquelles elle aurait trompé la banque HSBC et l’aurait mise en danger de violer les sanctions de Washington contre l’Iran.

Cependant, l’avocat de la défense a déclaré qu’elle n’avait pas plaidé coupable et la société Huawei a indiqué ce samedi qu’elle se battrait pour prouver son innocence suite à ces accusations.

Avant d’entreprendre son retour, Meng a remercié à la fois la Chine et le Canada pour les démarches visant à mettre fin à son cas, qui a eu des répercussions sur les relations diplomatiques.

Zhao Lijian, porte-parole du Ministère des Affaires étrangères chinois, a souhaité la bienvenue à Meng sur les réseaux sociaux et la nouvelle est largement diffusée dans les médias locaux.

Également ce samedi, il a été signalé que les canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor, emprisonnés en Chine fin 2018 et jugés pour atteinte à la sécurité nationale, sont rentrés dans leur pays.

Beijing et Ottawa connaissent une tempête diplomatique depuis l’arrestation de Meng, le 1er décembre 2018, dans un aéroport de Vancouver et à la demande des États-unis.

Quelques jours plus tard, Kovrig et Spavor ont été mis en prison par le géant asiatique, bien que les deux puissances aient dissocié leur cas de celui de la directrice financière de Huawei.

peo/msm/ymr